Magistrats et sorciers : promenons-nous dans les bois pourvu que le loup y soit

INA Emission Magistrats et sorciers. Copie d’écran.

Les deux protagonistes de l’émission Histoire des gens du 4 aout 1976 ayant pour thème « Magistrats et sorciers » ont jugé que la campagne déserte de l’automne à l’heure ou se couche le soleil produirait un bel effet. Il faut ce qui faut. On alertera donc promenade in situ, séquences de fiction filmées pour l’occasion (photos en couleur dans la suite du texte) et extraits du film Mère Jeanne des Anges de Kawalerowicz (1961) (photos en noir et blanc dans la suite du texte).

On attaque d’entrée de jeu pendant le générique par un échange sur le nombre de personnes que les magistrats ont envoyé au bucher. L’historien invité est Robert Mandrou, l’animateur, Pierre Dumayet. ils veulent savoir comment et pourquoi s’est brutalement arrêtée la chasse aux sorcières et… ils sont poursuivis par une petite fille.

J’ai donc assez bon espoir de pouvoir à nouveau parler de rapports de genre et mon imagination m’emportant de chaudron et de cannibalisme, même si à sa place je choisirai de la viande plus tendre.

L’entretien en forêt automnale commence par une délimitation de l’objet. « Pendant deux siècles, chaque fois qu’une sorcière de village était dénoncée, à peu près automatiquement elle allait au bucher parce que les magistrats avaient pris en charge cette espèce de répression systématique de tout ce qui était satanique. (..) L’Eglise est comme on dit aujourd’hui idéologiquement responsable de ces poursuites puisque c’est elle qui a diffusé l’idée que Satan avait intérêt à combattre l’humanité mais ce n’est pas l’Eglise qui fait les poursuites parce qu’elle ne pourrait pas condamner à mort. C’est un crime de lèse-majesté divine. » A ce stade, ça bouillonne dans ma tête. Je me dis d’une part qu’il faut vraiment que j’aille regarder de plus près cette impossibilité de tuer de l’Eglise et surtout, surtout, qu’il faut que j’essaie de trouver combien d’hommes ont été brûlés pour sorcellerie.

Là-dessus, y’a une fille, cette fois jeune adulte, qui court dans la lande.

INA Magistrats et Sorciers, capture d’écran

Le magistrat est présenté par l’historien comme celui qui pense avoir la charge de sauver l’humanité de Satan. De ce fait, ils admettent tout à fait les grands pouvoirs des accusées, ben oui l’humanité c’est pas si facile que ça à faire disparaitre.

Nous retrouvons notre jeune fille qui témoigne agenouillée dans une cave avoir couché avec le Diable, une homme d’âge mur puis avoir dansé toute nue et assisté à des sodomies. Soulignons là tous les apports du format documents-fiction.

INA Magistrats et sorciers Capture d’écran

On enchaîne avec la question du…. cannibalisme. J’ai rarement été aussi télévisuellement comblée en un temps si court je tiens à le dire.  Cela ne fait en effet que 6:58 minutes que l’émission a commencé. Hélas, trois fois hélas, la petite fille ne mange personne. C’est l’enfant loup qui s’en charge et il est d’accord avec moi sur la chair tendre, il mange les enfants.

A 10 minutes, on entre dans le vif du sujet. Les révélations obtenues par les magistrats lors d’exorcisme. Robert Mandrou souligne que cette période a deux caractéristiques : les possédées sont plusieurs et « elles dénoncent des prêtres« . La première affaire évoquée concerne le prêtre Gaufridi accusé par une ursuline de l’avoir ensorcelé alors qu’elle était enfant. Il est brûlé vif. 6 minutes sont consacrées à l’affaire de Marseille puis on passe à Loudun à laquelle va être consacrée la majeure partie de l’émission.

« Il ne se serait surement rien passé à Loudun, la ville d’Urbain Grandier si Michaëllis, l’homme, le dominicain qui fit condamner Gaufridi à mort n’avait pas écrit un livre où il racontait justement en détail comment et ce que Gaufridi avait avoué. Ce livre eut un grand succès. L’ennui est qu’il servi de guide pourrait-on dire à soeur Jeanne des Anges qui était ursuline à Loudun comme Madeleine de Demandolx était ursuline à Marseille. » (Pierre Dumayet).

Dés les premiers mots sur l’affaire de Loudun c’est la fausseté de Jeanne des Anges qui est pointée. Elle « a adapté« (Pierre Dumayet) le « scénario de la Sainte Baume » « mais avec du génie« , « c’est une femme de génie dans ce domaine » (Robert Mandrou). Ce génie est ensuite détaillé, il tient au fait qu’elle n’ait pas reproduit platement le scénario de l’affaire de Marseille. « Elle a pris les choses en main et elle en a rajouté. Madeleine de Demandolx elle avait même pas deux complices. Elle avait une fille qui l’a dénoncé et qui l’a poussé au derrière, tandis que là vous avez tout le couvent qui parle, c’est quand même extraordinaire. Vous imaginez vingt filles qui toutes se disent possédées, qui toutes sont capables de faire des convulsions. Ca a même servi d’argument aux exorcistes, ils ont dit « enfin vous voyez bien que c’est pas une machination, on peut pas faire marcher vingt filles au canon comme ça ». Alors qu’en réalité c’est parfaitement possible » (Robert Mandrou), mais il faudrait attendre la fin de l’émission pour qu’il explique cette possibilité par l’hystérie.

Pendant qu’il parle on voit la foule des ursulines avancer et on attend plus que Bela Lugosi. Il s’agit d’un extrait d’un film entièrement consacré à l’affaire. On notera que la possibilité d’user si abondamment dans ce qui va suivre d’une oeuvre cinématographique de fiction dans une émission s’inscrivant dans le registre du documentaire montre le parallèle très fort entre les stéréotypes de la possession au cinéma et dans la manière dont les évènements historiques sont racontés.

INA Magistrats et sorciers. Captures d’écran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elles font face au clergé / exorcistes sous le regard de la populace qui hésite entre hébétude et câlin de mur.

INA Magistrats et sorciers capture d’écran
INA Magistrats et sorciers Capture d’écran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La suite de la séquence montre les ursulines s’enfuir en criant alors que le prêtre les asperge d’eau bénite sur fond de chants de messe.

L’animateur et l’historien se tiennent devant l’un des murs  subsistant du couvent des ursulines. Chers spectateurs depuis le début de la ballade nous sommes en fait sur les lieux de crime. Comment ? Pourquoi a-t-il été détruit ? « Moi, j’ai une petite idée, c’est que les loudunais ont mauvaise conscience avec cette affaire« . (Robert Mandrou). C’est le moment que choisit l’animateur pour demander à l’historien ce qu’il « pense franchement de Jeanne des Anges« . Autant avouer que le suspens est intense étant donné que les 5 minutes précédentes ont été utilisées pour évoquer le génie d’invention de Jeanne des Anges et la mauvaise conscience des habitants sur fond de soeurs fuyant en courant l’eau bénite.

« Vous enfermez comme ça dans un grand couvent une vingtaine de jeunes personnes qui s’embêtent, qui s’ennuient, qui s’intéressent beaucoup à ce qui se passe dans la vie contrairement à toutes les règles et visiblement mère Jeanne des Anges s’est intéressée à Urbain Grandier qui était le curé le plus célèbre de la ville et elle lui a demandé un beau jour de devenir directeur de conscience du monastère, et lu,i il a dit non. A mon avis, il a compris que mère Jeanne des Anges avait des visées qui étaient pas très catholiques sur sa personne et il a refusé net. Alors mère Jeanne des Anges en a conçu un dépit extraordinaire. [L’animateur lui dit que c’est de l’interprétation] Oui c’est de l’interprétation, elle a jamais dit « j’étais amoureuse du curé de Saint Pierre », c’est pas des choses à dire. »(Robert Mandrou)

Comme cela fait au moins 90 secondes qu’on a pas vu d’ursulines possédées on y retourne.  Cette fois il s’agit explicitement de Jeanne des Anges, on le sait par les mots prononcés par le prêtre qui s’adresse à elle. La séquence d’interview qui précède combinée à cette séquence de fiction illustrent complètement l’intérêt de se pencher sur la manière dont les évènements de Loudun sont racontés. On insiste sur la supercherie d’une femme tout en jouant sur l’ensemble des clichés associés à la peur du diable. Les images de la femme menteuse et de la femme possédée sont convoquées ensemble, le tout en accusant la protagoniste de se servir de clichés pour arriver à ses fins.

Montage de trois captures d’écran INA Magistrats et sorciers

On notera comme le montre l’image en haut à droite et les paroles prononcées par l’historien que dans cette version de l’histoire le handicap physique de Jeanne des Anges n’est pas évoqué.

Il est grand temps de présenter la victime Grandier, « bon curé d’une petite ville qui fait tout son devoir comme il doit le faire. il prêche très bien parce que c’est un homme de lettres. Il a de très bons amis (…) et il fait très bien son métier. Il a des petites faiblesses pour ses pénitentes mais c’est pas quelque chose d’exceptionnel à l’époque. » (Robert Mandrou). Vous noterez au passage que quand Jeanne des Anges « avait des visées qui étaient pas très catholiques », Grandier «  a des petites faiblesses ». 

Est évoqué ensuite  Richelieu dont la détestation de Loudun, terre protestante, est une des raisons expliquant son intervention dans l’affaire, l’autre étant que Grandier est ami affiché de ses adversaires.  C’est lui qui est présenté comme le principal instigateur du procès et de sa conclusion.

L’animateur et l’historien se déplacent dans le choeur de l’église Saint Croix où se sont tenus les magistrats, les exorcistes, les médecins, les soeurs et Urbain Grandier ainsi que « toutes les personnes qui sont venues pour voir et chaque fois qu’elles voient quelque chose d’extraordinaire font des « oh » des « ah » tout a fait étonnées de ce qu’elles voient » (Robert Mandrou). Les médecins incarnent la science, ce sont-ils aperçus de la supercherie interroge le présentateur. L’historien répond que « les médecins il faut les classer. il y’a ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas« . Selon Robert Mandrou, les médecins qui ne croient pas se font chasser. Les tortures subies par Grandier sont évoquées ainsi que son refus de participer au procès. « C’est un des rares sorciers qui n’ait jamais avoué« . (Robert Mandrou). C’est une séquence en couleur cette fois qui raconte les derniers instants d’Urbain Grandier en insistant sur son affirmation constante de son innocence. Il sera plus loin qualifié de martyre par l’animateur. Est également fait mention du fait qu’il n’a pas été étranglé avant d’être brûlé contrairement à ce qui lui avait été promis.

INA Magistrats et sorciers. capture d’écran

Les protagonistes sont maintenant devant l’église dans laquelle officiait Urbain Grandier. On y découvre une plaque évoquant le prêtre, « de triste célébrité » et un mot manuscrit ajouté « il est innocent« .  Comme dans les deux autres émissions que j’ai vu jusque là, vient la question de l’innocence ou non du prêtre et le scientifique auquel est posée la question se prononce. Nous sommes  40 ans en arrière seulement et des scientifiques considèrent qu’ils doivent se prononcer sur l’existence d’un contrat entre un être humain et le diable. On ne peut envisager de se prononcer sur l’innocence de quelqu’un que si on juge la question de son innocence et de sa culpabilité pertinente et donc que l’on reconnait l’existence de la sorcellerie. Pour Robert Mandrou l’innocence d’Urbain Grandier ne fait pas de doute.

A 12 minutes de la fin, on en vient aux rapports entre magistrats et sorciers, le thème de l’émission. L’affaire de Loudun y joue un rôle décisif. Cela aurait convaincu définitivement les magistrats parisiens « que les affaires de sorcellerie étaient pourries » (Robert Mandrou) et ils demandent d’instruire toutes les affaires de sorcellerie, annulant toutes celles qu’ils étudient.

Une autre affaire similaire à Loudun, Louviers,  est évoquée en trois mots mais qualifiée de négligeable, comparée à la sorcellerie rurale, le parlement interdisant « aux petits juges et à la population de s’occuper de sorcellerie » (Robert Mandrou) . On empêche les paysans « de faire eux-mêmes justice » ce dont ils avaient « la mauvaise habitude« .

A 9 minutes de la fin, nos protagonistes entrent dans le Parlement de Dijon pour parler d’une affaire impliquant une nouvelle fois une ursuline, une soeur victime cette-fois « qui n’avait sûrement rien fait non plus et qui a été accusée de sortilèges de toutes sortes » (Robert Mandrou) et des soeurs accusatrices. « Il est intéressant de voir comment l’évolution des esprits lui a finalement sauvé la vie » (Pierre Dumayet). les magistrats sont présentés comme s’opposant au pouvoir royal et au clergé local qui veulent qu’un procès est lieu. Finalement le dossier « sera enterré » et la soeur transférée.

Que retenir de ces affaires ? « Ce que Charcot appelait la grande hystérie, de se mentir à soi-même et par conséquent de mentir aux autres. « (Robert Mandrou) « Je crois que dans l’ensemble de l’affaire les médecins partent en tête, eux établissent que les filles qui se déclarent possédées sont des malades (…) et à partir de là les médecins ont conclu à la supercherie, à la fourberie et conclure à la fourberie ça leur permettait d’éliminer Satan. » (Robert Mandrou).

« C’est tout de même un franc changement de mentalité. (…) Mais pas de la part des populations« . (Pierre Dumayet). « C’est un peu la morale de l’histoire. Il y a eu une sorte de décalage culturel entre ce que nous appelons les élites ou en tout cas les milieux intellectuels où les magistrats, les théologiens et les médecins avaient leur place et puis les autres, les gens qui ont continué leurs superstitions, qui ont continué à croire en un certain nombre de choses qui leur avait été enseignées par l’Eglise et que l’Eglise elle-même ne peut pas répudier. L’existence du Diable, elle est dans les Evangiles, personne ne peut dire qu’il n’existe pas ». 

On voit l’attrait exercé par l’histoire des mentalités en ce qu’elle peut être convoquée pour naturaliser des rapports sociaux considéré à l’aune d’une théorie sociale de l’évolution, les élites devenant de plus en plus éclairées, le peuple suivant péniblement et en retard, d’où la méfiance à entretenir à l’égard des foules. Mais ça c’est une autre histoire, pour le moment nos hommes s’en vont dans le lointain.

INA Magistrats et Sorciers capture d’écran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *