L’extase de la possédée : entre psychiatrie et religion

Philippe Poison a publié sur Criminocorpus une brève attirant mon attention sur un article sur « L’affaire des possédés de Loudun » publié sur Retronews.

Vers 1632 à Loudum, un prêtre, Urbain Grandier, est accusé par des religieuses d’avoir pactisé avec le Diable, le pacte en question sera d’ailleurs présenté comme preuve à son procès, on est loin d’accusations métaphoriques.  C’est au cours d’un exorcisme, que le Diable s’exprime par la bouche des religieuses sur ses forfaits, dénonçant son discipline Grandier.  Ce dernier sera condamné à être brulé vif le 18 aout 1634.

Retronews s’appuie pour narrer les faits sur un article paru dans le journal Le Globe presque deux siècles plus tard en 1825. Il est signé d’un médecin, Alexandre Bertrand, qui reprend la description de l’affaire en substituant à son analyse religieuse une interprétation qu’il nomme philosophique et que l’on qualifierait aujourd’hui de psychiatrique. [Si on était dans un Colombo, je vous dirais dés maintenant que c’est l’hystérie qui a tué].

Il s’appuie pour cela sur les relations difficiles qu’entretenait le prêtre avec la hiérarchie politico-cléricale, allant du cardinal Richelieu au directeur de conscience local des jeunes religieuses qui l’accusèrent. Ce point retient particulièrement l’attention du médecin dans un double aspect d’une relation de pouvoir tenant à la position du directeur de conscience et à la fragilité de l’esprit féminin. Cette fragilité est au coeur de l’analyse. L’extase provoquée par l’exorcisme permettant de libérer la parole du Diable est un état dans lequel il est facile de plonger des jeunes filles. « Qu’on se figure  une fille nerveuse , tourmentée par une maladie bizarre, et déjà troublée par l’idée qu’elle peut être au pouvoir de Satan , amenée devant un prêtre, qui, revêtu de ses ornements sacerdotaux, se dispose à conjurer cet esprit de ténèbres, et on ne s’étonnera pas que son imagination troublée la jette dans cet état d’extase qu’une exaltation morale un peu forte produit presque constamment chez les personnes qui s’y trouvent prédisposées. Ces considérations expliquent pourquoi dans tous les temps la grande majorité des possédés a toujours été composée de femmes. » (Bertrand, 1825).

Illustration RetroNews : Des démons portent sur leurs épaules un homme assis dans un fauteuil qu’ils mènent aux enfers ; estampe XVIIIe s. – source Gallica BnF

Pour Bertrand, cette imagination, portée sur un prêtre à la réputation scabreuse, fut entretenue par le directeur de conscience auquel Grandier avait failli ravir sa position. Le « mal » se propagea et bientôt au sein de la communauté des ursulines, on comptera désormais au total 8 possédées, 3 obsédées et 4 maléficiées. La ville est elle-même gagnée, toutes les victimes du Malin sont des femmes, jeunes, car le Diable dit-on à bon gout. « On ne doit pas passer sous silence que toutes ces religieuses étaient jeunes, et qu’un âge avancé pouvait seul mettre à l’abri de l’influence diabolique, de sorte que les incrédules ne manquaient pas d’en faire des plaisanteries, disant que les diables faisaient preuve de bon goût. Le mal ne resta pas renfermé dans la communauté; plusieurs filles séculières de la ville tombèrent dans un état tout semblable à celui des religieuses, et furent également exorcisées. La contagion ga.gna même les villes voisines, le diable attaquant toujours uniquement les femmes , et parmi elles les jeunes filles de préférence.« (Bertrand, 1825).

Le procès et la condamnation de Grandier donne lieu à une opposition entre catholiques et protestants, ceux-ci arguant que « les juges étaient gagnés, que les religieux exorcistes étaient des scélérats, et que les religieuses ne faisaient que répéter en public une comédie qu’on leur avait fait étudier long temps d’avance. » (Bertrand, 1825) C’est sous cet angle que l’affaire sera traité un an plus tard sous le nom d’Histoire des diables de Loudum. Une version que le docteur Bertrand conteste tout autant que celle de l’Eglise. Si pour lui le directeur de conscience et les juges ont pu être aux ordres de Richelieu, il n’est pas imaginable que cela ait pu être le cas de l’ensemble des religieuses qui ont témoigné. « Mais que les religieuses soient entrées dans le complot, c’est ce que ma raison se refuse à croire. Jamais on ne me persuadera que dans une seule communauté peu nombreuse on ait trouvé huit femmes, huit jeunes filles, au«si endurcies dans le crime.« (Bertrand, 1825) La jeunesse féminine est parmi d’autres arguments encore évoquée.  » huit jeunes filles qui n’avaient pas atteint l’âge où des passions honteuses peuvent étouffer toute vertu » (Bertrand, 1825). Outre la vertu, l’impossibilité de feindre les postures acrobatiques du corps induite par la possession et l’exorcisme sont évoquées à la décharge des religieuses, l’article comprend un passage très fourni de descriptions des convulsions qui amènent l’auteur a posé un diagnostic particulier. « si le malheureux Grandier a péri innocent du crime qu’on lui imputait, sa mort doit être attribuée bien moins à un complot formé par ses ennemis, qu’à la malheureuse méprise qu’on fil en prenant pour surnaturels des phénomènes produits par une affection hystérique, et surtout à l’ignorance où l’on était alors des caractères distinctifs de l’état d’extase. » (Bertrand, 1825) . Plus spécifiquement, le médecin pense que les religieuses ont été manipulées dans le sens de la possession et se sont ensuite entretenues elles-mêmes dans cet état, l’extase favorisant l’hystérie et réciproquement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *