Radioscopie de la peur : une histoire du film d’horreur

Peut-on prendre plaisir à éprouver de la peur ? « Tout ensemble dans la salle aux fauteuils rouges (…) on se tiendra chaud et on aura moins peur ». C’est la programmation d’été sur France Culture, l’occasion de ré-écouter une émission de Sur les docs, diffusée pour la première fois le 19 mai 2014.

Dés le lancement, on se retrouve face à deux dimensions emblématiques des représentations du cinéma d’horreur. L’animatrice parle de la faible (nulle) représentation du genre horrifique au festival de Cannes. Son premier invité indique qu’il a développé un intérêt pour le genre à l’adolescence. Le cinéma d’horreur : des films oui mais.

On se retrouve projeté dans les années 80 dans un vidéoclub, un pré-ado découvre l’univers des films d’horreur et ses titres et jaquettes fascinants et repoussants. Avoir vu un film d’horreur, une expérience adolescente normée allons jusqu’à dire initiatique mais que ce passe-t-il si on garde ce goût à l’âge adulte ? Eh bien on le sait assez vite, puisqu’un psychopathologiste donne son avis.

Ca calme. Ca irrite un peu aussi en passant du registre du « se faire peur » à « éprouver de l’angoisse », c’est-à-dire de l’expérience cinématographique collective au mal-être individuel et à la phobie.  Puis on repasse aux fans qui en ont fait leur métier, écrivains ou cinéastes et aux fans ayant acquis le statut d’amateur érudit à force de fréquentation de festivals. C’est pas absurde. ce sont les principales figures, Psychologue, amateur, professionnel du genre, que l’on retrouve dans les ouvrages consacrés à l’analyse du genre horrifique.

C’est grave docteur ?

L’imaginaire de l’horreur, érotisme, meurtre sanguinaire, monstres toutes catégories (souterrains, terrestres, extra-terrestres) rend-til mauvais ou à tout le moins mal intégré à la société ? Convoquons là la figure du collectionneur sur-investi dans sa tâche qui parle les monstres comme s’ils existaient, faisant des vampires, sorcières et loup-garrous des créatures en capacité d’affronter le système capitaliste. En faisant aussi des créatures « qui guérissent » de la peur.

Ouf, ça soigne.

Mais faut pas pousser. Avoir peur oui, être terrifié non. Voilà venu les titres dits mythiques en commençant par Blair Witch Project et en en arrivant à Shining et leurs scènes qui provoquent de trop fortes émotions, « des angoisses profondes », peur de la folie, des enfants possédés. Des terreurs présentées comme relevant de l’intime alors qu’elles sont en fait, très partagées car elles touchent à la famille et aux liens sociaux primaires comme le rappelle l’un des invités, et également à la peur d’être désigné à son tour comme anormal.

Et puis tout ça, c’est du cinéma.

On y va mais pas trop. On s’y bouche les oreilles et se masquent les yeux. Oublie-t-on que c’est du cinéma ? Oui selon un invité qui insiste sur l’importance de protéger les enfants des images monstrueuses car ils peinent à bien différencier réel et fiction. Et on en vient aux « angoisses archaïques » et en premier lieu à l’angoisse de la dévoration (peur orale, Freud, tout ça).  Manger ou être mangé. Le loup des contes de fée comme Alien dévorent leurs proies.

Mais c’est un peu la vraie vie aussi.

Attention obstacle, le cinéma d’horreur c’est pas très glorieux mais c’est aussi presque carrément intelligent. Il faut regarder au-delà des images pour en voir l’intérêt en termes de mise en scène des peurs contemporaines : ennemis de l’extérieur (Union Soviétique) ou de l’intérieur (guerre du Vietnam). Repère habituel de la séquence « Pas si bête » : l’oeuvre de Romero et la figure du zombie. Manger ou être mangé, acte II, level « ça marche aussi au niveau collectif ». Mais aussi le pacoulin comme on di chez moi, le pas zombie mais presque redneck de Massacre à la tronçonneuse. Y’a aussi une scène de repas. On reste dans le thème avec la folie bestiale en plus. Que dis-je, la folie. Passons donc à L’exorcisme.  C’était bien la peine de protéger la jeunesse, elle veut détruire le monde et en latin s’il vous plait (qui a dit que le niveau baisse ? ).

Tout fout le camp.

Les films d’horreur répètent un ensemble de codes sur deux registres complémentaires. Manger ou être mangé = survivre (individu) / détruire (société) ou êtré tué / être détruire. Au-delà des figures menaçantes, du zombie à l’infecté, on trouve surtout des comportements jugés abusifs qu’ils concernent le sexe, la drogue ou l’alcool. Et si en fait les monstres c’était eux.

On passe ainsi tranquillement du Manger ou être mangé au tué ou être tué et ce qui compte c’est de le faire avec méthode. Sont mis en parallèle le torture porn et la guerre en Irak.

« Et vous qu’est-ce qui vous fait peur ? »  conclut le documentaire.

Ben moi, ce sont nos tentatives pour expliquer notre rapport à la peur en tendant vers une médicalisation du social.

Crédits image : http://themonsterclub.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *