La beauté du pire : Le radeau de la Méduse.

Il y a bien longtemps, dans une notre galaxie, l’école primaire organisa un premier voyage à Paris. Je ne me souviens que de trois choses : le long trajet en car, la nuit en Auberge de jeunesse et la visite au Louvre. De la visite au Louvre, je ne me souviens que d’une statue et d’un tableau. La statue, c’était la Victoire de Samothrace, première humiliation culturelle à m’être restée en mémoire, j’ai eu le malheur de demander pourquoi on exposait des statues cassées.

Le tableau, c’était le Radeau de la Méduse de Géricault. Je me souviens d’abord avoir été scotchée par la taille du tableau, je ne savais plus où regarder, je me suis sentie projetée à l’intérieur du tableau. Je suis restée devant jusqu’à ce que ma maîtresse vienne me chercher et j’ai utilisé tous mes sous à la boutique pour m’acheter une reproduction format A4 qui est restée affichée dans ma chambre jusqu’à ce qu’on déménage. J’ai beaucoup inquiété la maîtresse qui a essayé de m’expliquer le sujet du tableau. Je ne comprenais pas qu’elle insiste sur le fait que c’était des personnes mortes et mourantes comme si cela devait être quelque chose qui m’échappait. J’avais bien compris. C’était bien ça qui me fascinait. Tous ces corps dans des mouvements, des positions, des couleurs bizarres où on ne sait parfois pas où commence l’un et où finit
l’autre.  Dans ma chambre je l’ai ensuite scruté de nombreuses fois cherchant le détail de ces corps, remarquant que certains avaient l’air de s’en tirer mieux que d’autres, imaginant des histoires sur comment certains vivants étaient parvenus à escalader les morts pour survivre. J’étais persuadée que le tableau était comme la photographie du moment juste avant le sauvetage. Je voyais bien la mort mais  j’étais concentrée sur la survie, d’où certainement le fait que le caractère macabre du tableau de m’effrayait pas.

Passionnée par le tableau je me suis jetée au collège sur un documentaire d’Arte qui y était consacré. Ca a eu l’effet qu’avait recherché à l’époque ma maîtresse, j’ai été rétr

ospectivement horrifiée par le véritable sujet du tableau, l’anéantissement d’une grande partie du bas peuple de l’équipage pour assurer la survie des petits notables que le capitaine n’avait pas emmené avec lui.

Il n’était plus question de ce qui se passerait juste après le moment dépeint par Géricault mais ce qui s’était produit avant : le massacre d’une grande partie des surviva

nts (près de 150 au départ pour 15 à l’arrivée) et le mangeage de cadavres. Dans la liste de mes premières fois ce fut le bonus effet kiss kool de ce tableau : sidération initiale, massacre entre personnes partageant le même destin et bonus le cannibalisme existe.

Ca ne m’a absolument pas hanté. Ma reproduction est restée affichée et j’ai continué à m’inventer des histoires autour de ma version du Radeau de la Méduse. J’ai, par contre, commencé à me méfier de ce qu’on apprend quand on dépasse l’impression sensible que nous font les choses, faut s’entrainer à prendre de sacrées claques.

Ce tableau est un étrange compagnon de vie. Il refait irruption de temps à autre, en résonance avec mes préoccupations du moment. J’ai arrêté de croire que les choses allaient bien finir, je vois vraiment maintenant la lutte, la défaite et la fin des plus faibles. Ce tableau demeure une des plus belles choses que j’ai jamais vu.

Alors que pour ce blog je me pose la question de l’intérêt sociologique d’objets peu considérés, me voilà happée par le jeune Géricault venant de se taper sa tante et cherchant à se refaire une virginité par la célébrité, se décidant à peindre des faits divers. Assise, un peu hébétée, sur le canapé, je me dis que poser la question en termes de légitimité de l’objet de recherche me ramène plus à la petite fille toute rouge d’avoir pas vu qu’une statue sans tête est une oeuvre d’art plutôt qu’à celle qui s’est dit qu’après le Radeau de la Méduse on pouvait arrêter la peinture, c’était plié.

Alors que pour une recherche-action sur l’amputation je me plonge dans des ouvrages retraçant l’usage des corps par la médecine à des fins d’expérimentation [lisez ça c’est super], voilà que revient un peintre sulfureux qui pour s’assurer du caractère réaliste et frappant de son tableau se fit livrer des bras et jambes de cadavres et d’amputés et des têtes guillotinées, se servant au mêmes sources que les anatomistes.

Et maintenant ?

Ben, l’argent de la reproduction du Radeau, au départ il devait servir à m’acheter celle de La liberté guidant le peuple, qui était dans un livre genre L’histoire racontée aux enfants que je lisais avec mes grands-parents. Si un jour j’entame une psychanalyse je pense que je commencerai par là.

Pour en savoir plus sur ce beau tableau, il y a là un billet et un podcast intéressant. J’aime surtout quand le type trouve de très mauvais goût que dans la mise en musique du fait divers il est été recherché d’imiter par des instruments de musique les râles des mourants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *