Revue : Transposition Musique et Sciences sociales

Diffusée sur revues.org, Transposition. Musique et sciences sociales est une revue à comité de lecture soutenue par l’EHESS et la Philharmonie. C’est une découverte de découverte, i.e. c’est en visitant le blog Music, Sound and Conflict que j’ai pris connaissance de son existence.

La revue se fixe comme objectif « de comprendre les objets musicaux comme des faits sociaux qui participent à leur tour à la fabrique du social. » Le rythme de publication est annuel. Chaque numéro est thématique et ces dernières sont très variées, « Musique et théorie queer » en 2013, « Figures du chef d’orchestre » en 2015, « Le prix de la musique » prévu pour 2017.

Picorons un peu.

Martin Scherzinger, « From Torrent to Stream », Transposition [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 20 juin 2017. URL : http://transposition.revues.org/1632 ; DOI : 10.4000/transposition.1632

La profonde modification du modèle économique de la musique s’incarne dans le lien entre médium et contenu. Alors qu’auparavant medium et contenu étaient liés ( exp CD) permettant un fort contrôle de la circulation des produits, aujourd’hui médium et contenu sont disjoints (exp cloud) et le modèle de production et diffusion est décentralisé. Cette évolution ravive la question récurrente du prix du travail musical. L’auteur explore le sujet en se concentrant sur les plateformes en ligne de contenus musicaux (diffusion) et leur accès via smartphone (consommation), ce système transformant le travail musical (création et production) vers un modèle de self-employment à distance et à temps partiel.  L’auteur note que la digitalisation est perçue dans la littérature scientifique et professionnelle comme ayant un effet profond et négatif sur les liens sociaux. « Mobile technologies, in short, distract from and distort the quality of traditional human relationships. » (paragraphe 9, édition en ligne).  S’y ajoute  le fait que les algorithmes de suggestion opèrent une uniformisation des goûts. En symétrie de ces critiques on trouve l’idée que la digitalisation est source de libertés « new personal, cultural, and social freedoms afforded by emergent mobile technologies. » (paragraphe 14, édition en ligne). L’auteur conclut en interrogeant la finalité de ces transformations et leur effet sur le système capitaliste « Current theories of cognitive capitalism, immaterial labor, and biopolitical production increasingly recognize the prevalence in contemporary capitalist markets of flexible labor forces cooperating in a kind of communalist (or commons-based) sphere of production. » (paragraphe 51, édition en ligne).

Adrien Dubois, « On ne badine pas avec la danse : les structures d’encadrement d’une fête de saint patron au début du XVe siècle en Picardie », Transposition [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 20 juin 2017. URL : http://transposition.revues.org/327 ; DOI : 10.4000/transposition.327

L’auteur mobilise les sources judiciaires, les registres de justice seigneuriale (châtellenie de La Ferté-lès-Saint-Riquier), dans sa contribution à l’histoire de la musique et de la danse populaire au Moyen-Age. La danse et la musique sont dénoncées par l’Eglise car elles exposent les paroissiens aux dangers de la séduction. Ils vont entreprendre de rapprocher les fêtes de l’Eglise pour mieux les encadrer. Les seigneurs veillent également scrupuleusement sur ces fêtes dans lesquelles se jouent de nombreuses stratégies matrimoniales. Ainsi « Que l’initiative de la fête provienne du seigneur, du clergé ou des habitants, la volonté de contrôler les corps et les esprits des « jeunes » amène nécessairement des compromis financiers et culturels. La séduction n’échappe pas en effet au « contrôle social de l’acte privé», dont la musique peut se faire l’un des outils. » (paragraphe 20, édition en ligne).

Suzanne G. Cusick, « « Vous êtes dans un lieu hors du monde… » : la musique dans les centres de détention de la « guerre contre la terreur » », Transposition [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 20 juin 2017. URL : http://transposition.revues.org/490 ; DOI : 10.4000/transposition.490

L’auteur a travaillé sur les dark prisons américaines, des lieux de détention hors du sol américain où les règlementations internationales ne sont pas appliquées au motif que les détenus ne sont pas des prisonniers de guerre.  Les témoignages « montrent clairement que la musique et les sons ont été utilisés de façon systématique pour harceler, discipliner ou même parfois « briser » les détenus tout au long de cette fameuse « guerre contre la terreur » » (paragraphe 3, édition en ligne).  Pour l’auteur, « ll est irréfutable que les américains ont théorisé et déployé la musique et les sons comme outils d’interrogatoire depuis au moins cinquante ans. » (paragraphe 5, édition en ligne).  C’est donc la transformation « en armes« , selon ses propres termes, que l’auteur interroge en décortiquant dans le détail des témoignages de seconde main, recueillis par des organisations des droits de l’homme, témoignages de détenus et d’interrogateurs, ce qui lui permet de montrer que la musique agit sur les uns comme sur les autres, augmentant la brutalité de l’interrogatoire. On notera que la musique employée n’est pas forcément choisie pour sa puissance sonore (Metal, Rap). Les chansons de Christina Aguilera ont été utilisées pour donner aux détenus l’image de mauvais musulmans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *