La dame en noir

Toc toc toc Qui est là source : youtube
Toc toc toc Qui est là source : youtube

Dans un échange avec une étudiante en puériculture la semaine dernière, nous évoquions la place des enfants et plus particulièrement de la mort des enfants, dans le genre horrifique. Je pointais qu’ils étaient rarement représentés parce que rarement tués, à contrario des adolescents et jeunes adultes. Je soulignais le tabou de certaines morts lié à notre rapport à la vulnérabilité et à la parenlatité, soit en l’espèce l’évitement de la mort des enfants et des animaux de compagnie ( que celui qui n’a jamais appelé son toutou mon bébé me jette la première pierre).  L’étudiante m’a indiqué en retour que je ne tenais pas compte dans mon propos de films tels que La dame en noir, dont j’ignorais en effet jusqu’au titre.  Cette intervention m’a conduite à me questionner une énième fois sur les critères qui délimitent le périmètre de mon corpus.

Je suis convaincue, avant même d’avoir vu La dame en noir, que ce film n’est pas amené à en faire partie et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de zombie dedans. Alors pourquoi ?C’est le moment d’appuyer sur le bouton Play et d’espérer avoir la réponse dans 1H31.

« You could have save him« 

Tout d’abord, je ne savais pas à quel point le lien entre chien et enfant s’avèrerait prégnant dans ce film, donc… haha. Ce visionnage était une belle occasion de réaliser l’absence de deux des dimensions qui m’intéressent le plus dans ces films de genre soit l’expérience collective et la dynamique de groupe d’une part et le caractère indéterminé des solutions possibles, d’autre part. Ici le film se concentre sur une trajectoire individuelle, un homme se retrouve malgré lui aux prises avec la mort et il va rechercher et trouver une solution pour s’en débarrasser.

L’inscription dans un genre : jumpscare, bougies et toiles d’araignée

Première surprise dés le lancement du film, il est produit par la Hammer que j’avoue je pensais morte, donc c’est presque un film d’outre-tombe.  On y retrouve tous les bons vieux ingrédients du film de genre. Il y a du brouillard, des maisons isolées, des animaux empaillés et de la musique … enfantine, située tout en haut de l’échelle de Richter de l’angoisse. Boite à musique et maison abandonnée = pas bon.

L’époque, le XIXeme siècle, permet de justifier l’isolement du lieu central du film et par là même  du héros : pas de téléphone, pas de voiture, pas d’électricité, bref tout pour faire monter l’angoisse. L’époque permet aussi de mettre en scène des jeux d’enfants anodins et traditionnels : poupées, châteaux de sable, qui symbolisent le basculement dans l’horreur quand les enfants les écrasent sans ménagement avant d’aller au devant de leur propre mort. Les jouets ont un rôle clef dans l’atmosphère, poupées fixant le personnage principal, peluches musicales se mettant en route d’elles-mêmes…

La nurserie, où se trouvent les jouets, joue un rôle important dans l’intrigue : lieu où a été élevé Nathaliel, enfant mort dans le marais, où s’est suicidé sa mère biologique et où son cadavre sera ramené par le héros pour apaiser le fantôme de sa mère. L’histoire célèbre l’attachement des liens mère-enfant, attachement dans lequel la mort n’est un problème que parce qu’elle sépare les membres de la famille.

Attachement maternel d’outre tombe

Et derrière, la mort rode Source :theotterchronicles.wordpress.com
Et derrière, la mort rode Source :theotterchronicles.wordpress.com

« Il serait bien d’éviter tout ce qui concerne les enfants si possible » dit Samuel Daily au héros, Arthur Kipps, qu’il accueille dans sa maison.  Il indique par là la fragilité de sa femme qui ne s’est pas remis de la mort de leur fils, emporté par une vague alors qu’il jouait sur la plage. Cette dernière parait enjouée lorsqu’Arthur la rencontre. Elle lui demande si ses jumeaux peuvent se joindre à eux pour diner, ce que ce dernier accepte, avant de se retrouver à partager son repas avec deux… chiens sur lesquelles madame Daily a reporté son affection, qu’elle habille, nourrit et couche comme des enfants.

Samuel Daily et sa femme sont les deux habitants qui vont progressivement apporter au héros, Arthur Kipps, les clefs de compréhension de l’intrigue. Arthur a été envoyé dans leur village par son patron afin de régler une succession. Pour ce faire, il doit inspecter les papiers se trouvant dans la maison des marais, lieu dont personne au village ne veut entendre parler. Il faut attendre quasiment la fin du film pour que madame Daily dise à Arthur que c’est lui qui a réveillé la malédiction en rouvrant les portes de cette demeure. « Chaque fois qu’une personne la voit (…) il y a toujours la même conséquence, il se passe un drame d’une façon très violente ou dans d’horribles circonstances un enfant décède« . (Madame Daily).

Maison hantée cherche locataire Source : unificationfrance.com
Maison hantée cherche locataire Source : unificationfrance.com

C’est en mettant de l’ordre dans les documents laissés derrière eux par les propriétaires décédés que Kipps va progressivement comprendre les tenants et aboutissants de l’histoire. L’histoire qui lui a été raconté est que les parents ont subi la perte effroyable de leur enfant, enseveli dans le marais avec leur calèche. Il va progressivement découvrir que le couple a préféré sauver sa propre vie que celle de l’enfant et qu’il n’étaient pas les parents biologiques de Nathaniel, dont la mère biologique était la soeur de sa mère adoptive. L’une  a arraché à l’autre son enfant pour ensuite le laisser mourir dans les marais et du coup, ben, la dame, elle porte le deuil (habits noirs) et elle est pas du tout contente. Ah et elle est morte aussi. « Tu n’as pas essayé de le sauver, tu n’as fait que te sauver toi-même (…) tu as son sang sur tes mains. va pourrir en enfer » (La dame en noir écrivant à sa soeur).

Pour rompre la malédiction qui prive tour à tour les parents du village de leurs enfants, Arthur Kipps va chercher à renouer le lien entre les deux morts, mère et enfant.

Protéger les siens ici ou ailleurs : les frontières entre dedans et dehors

Samuel Daily cherche à excuser le comportement de sa femme. « Elle est convaincue que c’est notre fils qui parle à travers elle. Vous ne croyez pas au spiritisme et à toutes ces choses » Mais en fait, Arthur ne trouve pas cela si absurde que cela. « Je n’y croyais pas mais depuis que ma femme nous a quitté je me pose des questions. »  Le héros est veuf, sa femme est morte en couches, le laissant avec un nouveau né qu’il peine depuis à élever tout maintenant sont activité professionnel. Il se retrouve d’ailleurs seul dans la maison des marais pour prouver à son patron qu’il peut encore exercer ses fonctions de conseiller juridique. A de nombreuses reprises tout au long du film, on voit le héros toucher sa montre à gousset dans laquelle se trouve un portrait de sa femme, blonde comme son fils.

La famille adoptive de Nathaniel Source : scifi-universe.com
La famille adoptive de Nathaniel Source : scifi-universe.com

Des portraits, il y en a beaucoup tout au long du film. Ils marquent la perte, comme celui du fils des Daily et de la femme d’Arthur. Les portraits de famille favorisent l’histoire et le lien, réels ou usurpés. Ainsi Arthur Kipps  trouve dans les documents de la maison des marais une photo (ci-contre) qu’il croit dans un premier temps être celle de la famille décédée. Après avoir découvert la vrai filiation de Nathaiel, le héros constate que les yeux des portraits ont été enlevés. Jusqu’à ce moment de l’intrigue, Kipps et la dame en noir n’ont jamais été dans le même espace, lorsqu’il était dedans, elle était dehors et vice-versa. A partir du moment où le mystère de la photo est dévoilée, la dame en noir se manifeste à l’intérieur de la maison lorsqu’il s’y trouve.  De manière général les fenêtres et les portes jouent souvent un rôle essentiel dans le genre horrifique.

Une croix marque l'endroit où la calèche est enfouie Source : odysseeducinema.fr
Une croix marque l’endroit où la calèche est enfouie Source : odysseeducinema.fr

La thématique de la séparation / retrouvailles est au coeur du film, « Il lui ont pris son enfant, alors elle nous prend les nôtres« ,  avec un parallèle entre la dame en noir et Nathaniel et Arthur Kipps et son enfant. La maison elle-même est séparée du village par la marée une partie de la journée. Le corps de Nathaniel n’a jamais été retrouvé et Arthur Kipps sollicite l’aide de Samuel Daily pour tenter d’extirper le corps du marais. »Ils sont perdus et ils ont besoin de se retrouver » (Kipps)  Il y parvient, émergeant de la boue comme un père portant son enfant. Il dépose le corps dans la nurserie, où la mère s’est suicidé, sur le lit, une drap servant de linceul jusqu’à ce que la dame en noir apparaisse. Il enterre ensuite l’enfant dans le cercueil de sa mère.

Recréer les liens familiaux authentiques semblent être la solution au Mal, y compris dans la fin un peu inattendue du film qui permet à une autre famille d’être réunie.

*

Je connaissais la légende de la femme blanche mais pas de la dame en noir. Ce qui me semble le plus intéressant à retenir de ce traitement de la mort me semble être sa dimension familiale. La mort des enfants en elle-même ne me semble qu’être prétexte à la mise en scène de la détresse des adultes. En plus de la mort de Nathaliel et de la mort final,  quatre autres morts sont figurées, deux morts de groupes de filles d’une part et de garçons d’autre part dont on ne voit que les prémices et la mort de deux jeunes filles à laquelle on assiste mais sans gore et cris de souffrance alors qu’il s’agit d’un empoisonnement et d’une immolation. La souffrance des parents est beaucoup plus tangible d’un point de vue visuel et sonore que la mort des enfants.  » Je n’avais pas le choix [de ne pas y croire] soit notre Nicolas est dans un bel endroit en train d’attendre que nous soyons tous réunis, soit il est perdu, qu’auriez-vous choisi de croire ? » (Samuel Kipps).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *