Le monstre : être étranger et familier

280px-Frankenstein's_monster_(Boris_Karloff)
source : wikipedia

François Chobeaux rappelle en introduction de son article sur la normalité des monstres, les termes par lesquels la presse et l’opinion publique qualifièrent Mohamed Merah en mars 2012 et  Anders Breivik en juillet 2011, « monstre« , « en dehors de l’humanité« .

Lorsqu’un homme perpètre un acte terrifiant d’autres hommes, ces derniers le qualifie de monstre, indiquant par là que l’acte comme l’homme qui l’a commis défient notre compréhension, nous sont étrangers.

Pas d’excuse pour les monstres

Le monstre, les actes monstrueux,  ne sont pas nous. La société jette la monstruosité, l’indicible, au dehors et de ce fait se déresponsabilise. La monstruosité étant inexplicable n’a pas a être expliquée et les monstres étant inhumains les normes de justice n’ont pas à s’appliquer. Nos monstres finissent rarement en prison. Dans la fiction comme dans la réalité, l’histoire se termine par la mort du monstre et le retour à la normale pour la société. Les propos tenus par le Premier ministre Manuel Valls en janvier 2016 l’illustrent.  « Pour ces ennemis qui s’en prennent à leurs compatriotes, qui déchirent ce contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser. »

La compréhension du monstre mènerait à son acceptation.

Et si les monstres étaient en nous ?

« Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, 
dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l’abysse,  l’abysse le scrute à son tour »
Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal

Le monstre à trois têtes de l’aristocratie dévorant les cadavres du peuple (source : Gallica)

On observe un paradoxe entre notre imaginaire du monstre et notre perception de la monstruosité réelle. Notre imaginaire nous dit que nous sommes tous susceptibles de devenir des monstres.

L’humain plus dangereux que le monstre

Dans sa sixième saison en cours de diffusion, la série The Walking Dead revient sur un thème cher à ses scénaristes comme à nos philosophes, l’homme est un loup pour l’homme, l’homme est son propre ennemi, toujours prêt à sacrifier les autres, ses proches comme la société, dans la poursuite de son propre intérêt. La communauté humaine menée par Rick Grimes doit décider si elle tentera d’éliminer ou non une autre communauté humaine. La règle de décision est simple : l’autre menace-t-il ma propre survie ? La réponse : tant que l’on ne peut affirmer avec certitude que non, il faut penser que oui. Et donc attaquer, tuer. La mécanique est la même dans une autre série en cours de diffusion Z nation. Les survivants, encerclés par les monstres, convaincus d’être les derniers de leur espèce, ne s’en prennent pas moins les uns aux autres. Dans notre imaginaire, nous considérons normal que l’homme  finissent toujours par s’en prendre à l’homme. Quitte à anéantir l’humanité, il faut survivre à l’autre.

Et c’est là que la réalité paraît s’éloigner de la fiction.

Le barbare, mi-homme, mi-monstre

En « vrai », l’homme serait un frère pour l’homme, mu par un sentiment d’appartenance commune, par des valeurs partagés, nous ferions société. Une société s’unissant face aux monstres venus de l’extérieur, dont les actes sont incompréhensibles car ces gens-là ne raisonnent pas comme nous, ils ne nous ressemblent pas.

Et là, au-delà de l’apparent paradoxe, la réalité rejoint la fiction. Dans les deux cas, la menace la plus monstrueuse est celle qui s’adresse au collectif. Le monstre ne s’en prend pas à des individus mais à des modes de penser, de ressentir et d’agir, soit selon la définition qu’en donnent Durkheim et Tylor,  à une culture.

Si le monstre est un être étrange et proche, c’est parce que comme le disait Montaigne  « (…) chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage ; comme de vrai, il semble que nous n’avons autre mire de la vérité et de la raison que l’exemple et idée des opinions et usages du pays où nous sommes. Là est toujours la parfaite religion, la parfaite police, parfait et accompli usage de toutes choses.  »

S’il est urgent de s’intéresser aux monstres, c’est parce qu’ils nous rappellent que nos sociétés humaines subissent aujourd’hui les effets d’une double processus social, d’anomie, la société ne parvient plus à se réguler à l’intérieur, et de concurrence, la société s’affirme à l’extérieur par supériorité sur d’autres sociétés .

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *