L’implication du spectateur dans la mort des personnages : la mort de Carl dans TWD

C’est l’information rumeur enfin bref de la semaine pour tous ceux que le dernier épisode de saison 6 de The Walking Dead (TWD) avait scoché à leur canapé.  Les dernières images de cet épisode très justement intitulé Last day on earth,  induisent sans la montrer directement la mise à mort brutale d’un des membres de la communauté des survivants menée par Rick Grimes.  Mais qui ?

Les fans ont consacré une énergie et des compétences certaines pour répondre à cette question après avoir remarqué que la scène dans laquelle Negan choisit sa victime est filmée du point de vue de la victime. Il s’agit alors de déterminer selon la position de chacun qui est susceptible d’avoir été roué de coups jusqu’à la mort.

D’autres fans ont procédé à une analyse de la bande-son. L’ensemble permettait d’orienter les spéculations vers Glenn Ree que l’on a pris l’habitude de croire mort au moins une fois par saison.

D’autres encore, réunis sur un site dédié à la série  The Spoiling Dead Fans ont analysé des images du tournage en cours de la saison 7 publiées par la production et croient distinguer dans un coin de la photographie l’arc de Daryl Dixon (qui doit donc être vivant à moins que quelqu’un d’autre ne  tienne son arc, bref on  en sait rien).

Selon d’autres spéculations la mort attendue ( donnée probable à 50%) était plutôt celle d’un personnage secondo-secondaire comme Eugène Porter. Cette rumeur est entretenue par une certaine conception de la justice que l’on  pourrait rapprocher de la loi du Talion : « Et si un plus grand malheur advient, tu donneras vie pour vie ; œil pour œil, dent pour dent » (Exode, 21, 22-25). Eugène a livré à la mort ses compagnons en avouant leur position. Bien avant cela, il avait feint de pouvoir fournir un remède au virus zombificateur, afin de se faire protéger par d’autres survivants au péril de leur propre vie.

Le site L’Internaute attribuait au mois d’avril une  probabilité mortelle de seulement 30% à Carl, le fils adolescent de Rick.  C’est pourtant la mort de ce personnage qu’a confirmé cette semaine Robert Kirkman, auteur de la bande dessinée et producteur exécutif de la série…. ou pas.

La mise en scène des spectateurs

Robert Kirkman n’en est pas à son premier spolier (dévoilement d’un élément clef de l’intrigue) concernant cette scène clef qui met brutalement fin à la fois à la saison et à la vie d’un personnage.

En février, soit près de deux mois avant la diffusion de cette scène , il annonçait dans @midnight l’arrivée de Negan et de son arme, Lucille, dans la série ainsi que…. la mort de Glenn Ree qui allait en découler. 



L’émission attira de nombreux commentaires des fans. L’expression faciale de l’actrice jouant le personnage de Maggie Greene fut longuement examinée, la surprise s’y lisant étant attribuée au fait que Kirkmann venait bel et bien de révéler un élément clef de la série…. à moins qu’il ne soit simplement contenté de respecter la consigne de jeu proposée par le présentateur, à savoir inventer de faux spoliers. Ou bien encore, que Kirkmann n’ait fait que livrer un élément connu de la bande dessinée puisque Glenn y meurt effectivement sous les coups de Lucille.

Mais alors…. La série et la bande dessinée divergent sur de nombreux points mais pas tous…

Que Glenn soit  bel et bien mort… ou pas … , on ne peut qu’être interpellé par la manière dont auteur entretient l’intrigue au-delà de l’oeuvre. Il la met directement en regard  des spectateurs qui la suivent et qui ne manquent pas de réagir bruyamment dans l’extrait ci-dessus puis  quelques mois plus tard lorsque Kirkmann remet ça dans la même émission.

Kirkmann  se lance « Nous verrons jusqu’ou ira la fureur des fans quand ils découvriront que Negan a tué Carl » pour ensuite s’exclamer en feignant la surprise face aux réactions hostiles du public qu’il vient de déclencher « Quoi ? Les gens voulaient savoir et je ne suis pas un enfoiré« .  En effet, il participe ce soir là au jeu « du pire cliffhanger » et le présentateur, Chris Hardwick vient de lui lire quelques tweets de fans qui à grands renforts de « fuck » témoignent de tout le mal qu’ils ont pensé de l’interruption de l’épisode final avant que les spectateurs sachent qui était mort.

Kirkmann n’est pas l’ombre d’une nouille. Il joue avec les codes, dénonçant dans une interview à  Rolling Stone le besoin de satisfaction immédiate du spectateur.  « I’ll probably get crucified for this, but I feel like there’s a culture of instant gratification now: Netflix, social media, everything is on demand at all times. Nothing is withheld. », soulignant ensuite que « If you can do something that has people talking about your show in that gap between seasons, that’s great. ». C’est ce dont il fait la démonstration à travers ces deux interventions sus-citées. Il joue  sur les dimensions, réelle et fictionnelle, et des espaces, site web, émission télévisée….,  dans lesquels se déploient les séries aujourd’hui. C’est ce  qu’ Henri Jenkins nomme le Transmedia Storytelling.

De récepteur à acteur  du processus narratif : la nouvelle place du spectateur

Selon Henri Jenkins, le transmedia storytelling est un processus narratif permettant la dispersion des éléments d’une fiction sur plusieurs plateformes média pour enrichir l’expérience du spectateur et le faire participer à l’oeuvre qu’il regarde.

Dans TWD, la bande dessinée n’est pas que l’oeuvre qui a inspirée la série, l’auteur joue sur les deux media pour développer sa narration et explorer plusieurs scénario possibles. C’est ce qui crée l’incertitude sur l’identité du personnage mort sous les coups de Negan. Il se peut que les deux intrigues se rejoignent… ou pas.

On pourrait dire la même chose de Game of Throne ( GoT) où même quand le scénario de la série respecte scrupuleusement l’intrigue des livres des séquences clefs créent la surprise dans la manière dont elles sont transposées à l’écran.

Et les deux séries se rejoignent aussi dans la manière dont elles ont su intégrer et développer l’expérience immersive du spectateur. Jusqu’ici cette immersion était plutôt connue pour prendre la forme de figurines permettant de recréer des scènes ou de fan fiction écrites par les fans pour répondre aux ellipses des scénario ou entretenir une série après sa conclusion, comme dans le cas de Buffy The Vampire Slayer. Ce que proposent chacune à leur manière GoT et TWD va plus loin.

Les spectateurs de GoT ont pris l’habitude de se filmer en train de regarder la série pour manifester leurs réactions aux scènes cruciales. Il s’agit quasiment toujours de morts comme ici celle de Jon Snow.

En début de séquence c’est l’écran de télévision qui est filmé puis l’objectif se tourne vers les spectateurs et une inclusion vidéo en bas à droite de l’écran montre la scène de la série que voient les personnes du bar. Ce sont bien les spectateurs qui font le spectacle, la série est reléguée au rang de support provoquant de vives émotions. Et à ce jeu là pour TWD comme pour GoT il semble que ce soit au nombre de « No » ou de « Fuck you » que se mesure aujourd’hui l’engouement suscité par une série.

Le choc des spectateurs devient une part intégrante de l’oeuvre et les media ne s’y trompent pas comme le quotidien Libération

L’article ne se contente pas plus de résumer l’épisode mais il questionne les choix des scénaristes et les significations possibles du scénario, indiquant notamment qu' »il y a de nombreuses théories sur Reddit » concernant les visions de Bram Stark. Tout au long de l’article, le journaliste emprunte  :

  •  le point de vue du spectateur « on a presque été tenté de se remettre l’épisode de la semaine dernière tant celui-ci était de transition et vaguement ennuyant« 
  • le point de vue du fan s’inscrivant dans un univers référencé dans laquelle l’ensemble des oeuvres sont liées « Cela annonce le retour de vous-savez-qui (non, pas Voldemort) et si vous ne savez pas, on ne va pas l’écrire pour ne pas vous spoiler (il y a une morale). »  Sans vous spoiliez non plus on reviendra sur cette idée dans un autre billets sur les oeufs de Pâques, oui, oui, les oeufs de Pâques.  

Pour Hervé Glévarec, « Depuis les années 90, les séries télévisées contemporaines, particulièrement les séries américaines, semblent avoir provoqué un changement dans le rapport entre le monde d’un côté et la fiction de l’autre, non pas en resserrant ce lien au profit du réalisme, mais en créant un niveau propre, leur niveau de réalité. » .  Cela correspond tout à fait aux exemples que nous venons de parcourir. Pour analyser le phénomène de la réception télévisuelle par le spectateur,  l’auteur propose de faire appel à la notion de cadre de l’expérience développée par Goffman, considérant que « Un cadre de l’expérience se définit pour Erving Goffman (1974) comme ce qui donne sens aux événements qui se déroulent dans une situation. ». Entendue ainsi, cette notion permet à Glévarec d’interroger les réactions des spectateurs à la progression de l’intrigue et notamment la multiplication des interrogations et spéculations (on en revient aux « No » et aux « Fuck ») autour des évènements majeurs de l’histoire considérés dans leur réalisme intrinsèque.

Il est par exemple tout à fait attendu que des personnages meurent dans Game of Throne, ce qui a entraîne non seulement l’enregistrement vidéo par les spectateurs de leurs réactions mais également la proposition de prolonger ce vécu fictionnel sur d’autres plateforme média. Le site Slate.fr propose aux fans de déposer une fleur sur la tombe de leur héros décédé préféré. La série possède son cimetière virtuel, les rites réels se propagent au monde fictionnel. Là encore la notion de cadre de l’expérience s’avère heuristique car il y a bel et bien une interaction entre émetteur et récepteur de la production télévisuelle.

Il semble aujourd’hui que dans cette évolution de l’expérience de réception télévisuelle la mort joue un rôle essentiel.  C’est sur cette idée que nous conclurons en notant que les réactions des spectateurs à l’annonce de la mort de Carl sont centrées sur ce que provoquerait émotionnellement chez Rick (le père de Carl dans la fiction) et chez Kirkmann (le créateur de Carl dans la réalité) la mort de l’adolescent, les deux étant présentés comme tenant plus que tout à lui…. et donc n’étant pas prêts à le sacrifier. De quoi entretenir le doute.

Post-scriptum : Quand Lucille mène la danse

Le 22 juillet, pour célébrer le Comic Con, une bande annonce de la saison 7 de TWD a été diffusée. Sur une durée totale de 3.06 minutes, 1.18 minutes sont consacrées à la question « qui est mort sous les coups de Negan ? » Il n’y a aucune réponse. On y voit Lucille, la batte entourée de fils barbelées rythmant des séquences anciennes de la série consacrées à chacune des victimes potentielles. C’est sur une image de l’arme que finit ce moment consacré au passé, s’enchainent ensuite des images annonçant de nouveaux évènements et personnages et quelques zombies… Eux qu’on avait un peu oublié dans la dernière saison.

Quand l’arme devient personnage : on retrouvera Lucille le 22 octobre pour voir quelle victime elle a choisi*.

*Negan chante une comptine en pointant Lucille tour à tour sur chacun des personnages pour laisser le sort déterminer qui doit mourir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *