L’homme est un zombie comme les autres (1)

life-940427_1920Le 1er avril dernier, Alexander Burns, qualifiait Donald Trump de candidat zombie dans un article publié dans le New York Times.  Cette référence à une créature de fiction morte-vivante  pour qualifier un être humain réel et vivant est loin d’être isolée.

En février 2016, dans le Monde diplomatique,  Frédéric Lordon comparait les classes populaires a des   » morts mal tués et mal enterrés » dont on sait bien que le problème est alors « qu’ils reviennent »  toujours,  chômeurs et actifs précaires formant « une sacrée armée de zombies« .

Qu’est-ce que l’usage de la figure imaginaire du zombie permet de qualifier dans notre société ? La question fera l’objet de plusieurs posts (parce que j’écris lentement mais que je peux vous assommer vite). Commençons par prendre les choses sous l’angle du rapport entre puissance et fragilité. L’homme zombie tiendrait sa puissance comme sa faiblesse du fait qu’il ne s’arrête jamais, que cela lui permette de tout terrasser sur son passage comme Donald Trump ou d’être terrassé par la répétition sans fin de son quotidien comme le chômeur.

Que va -t-on faire de Donald ?

Nous nous posons évidement la question et nous ne sommes pas les seuls. C’est la raison même pour laquelle Alexander Burns a choisi de qualifier Trump de zombie dans son article. L’homme d’affaires peinerait à se faire reconnaître en tant qu’homme politique par son propre parti qui le juge trop instable et individualiste pour incarner la fonction présidentielle. Le voilà donc errant entre deux mondes, ni vraiment dans les affaires, ni vraiment en politique.

Etre qualifié de zombie, c’est avant tout se voir reconnu une position qui ne devrait pas être occupée et qui met à part. L’union des mots mort et vivant crée un nouveau statut, à la marge de chacun de ces deux mondes connus. Donald Trump est un candidat  zombie au comportement hors normes. Ni son (ses) discours, ni sa stratégie de campagne ne  sont reconnus comme conventionnels et pourtant au désarroi d’un ancien gouverneur cité par Burns son comportement erratique ne lui nuit pas, “He has successfully been able to say whatever he wants without retribution”.  Les règles du monde politique connu ne s’appliquent pas  au candidat zombie. On en arrive à la seconde raison de l’usage de ce qualificatif. Donald semble increvable.

Pour rependre les mots de Burns, le candidat Trump est endommagé au point de ne pouvoir être réparé mais inarrêtable.  Cette marche effrénée dont l’unique but est la dévoration, est le propre du zombie, trop mobile pour le monde des morts, pas assez raisonné pour le monde des vivants. Il avance sans fin sans autre but que la satisfaction de sa faim, dont on sait qu’elle ne sera jamais assouvie.

Ainsi la position entre deux mondes de l’homme zombie le condamne à l’errance perpétuelle.  On retrouve ces idées dans l’usage du qualificatif pour traiter des chômeurs.

Que peut-on faire des chômeurs ?

Et cette question-ci, nous la posons nous vraiment ? Le mot zombie est utilisé pour condamner Donald Trump, il incarne le zombie menaçant, dévorant tout sur son passage. Les chômeurs incarnent les zombies dévorés par leur faim. La même qualification permet de dénoncer le premier en prenant la défense des seconds.

Restons encore un peu en politique.   En 2007, lors d’une séance à l’Assemblée nationale, le député Victorin Lurel propose un amendement au projet de loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat afin que les demandeurs d’emploi d’outre-mer soient intégrés à la statistique nationale de l’emploi. Selon le député de Guadeloupe, cela mettrait un terme  « à une trop longue discrimination qui en [des guadeloupéens] faisait des chômeurs zombifiés”.  On voit bien  dans la manière dont le terme est employé que la menace ne vient pas des personnes elles-mêmes comme dans le cas précédent, mais d’une institution ayant le pouvoir de les priver d’une partie de leur identité. Le zombie est un être sans nom. Les chômeurs guadeloupéens sont des êtres sans catégorie. L’invisibilité statistique renvoie à une invisibilité sociale.

Donald Trump est présenté comme inapte à la fonction présidentielle, les chômeurs sont eux présentés comme inaptes à l’emploi. « Salut moi c’est Marvier chômeur de longue date, ma journée de chômeur commence de bonne heure, aux environs de midi, et comme tous les matins je me lève avec un mal de chien comme si j’avais dormi dans un cercueil« .  Marvier, héros zombie du court-métrage Le chômeur,  sort de sa tombe tous les matins pour aller chercher un emploi.

Le court-métrage met en scène l’inefficacité du chômeur zombie qui trahi par son propre corps endommagé échoue à accomplir les tâches quotidiennes tout en satisfaisant aux contraintes qui pèsent sur lui « Je cherche aussi du travail pour faire plaisir à Pole emploi. C’est un malin il trouve toujours un moyen de me niquer mes allocs« .  Tous les soirs Marvier retourne au cimetière « dans l’attente d’un boulot qui me redonnera goût à la vie et me permettra de sortir de ma mort provisoire« .

C’est tout le paradoxe du zombie de pouvoir être présenté comme inarrêtable et aliéné, bon et mauvais. On retrouve l’idée du trait d’union du mot mort-vivant. Le zombie n’est pas une figure dichotomique mais dialogique au sens de Morin, « comme la présence nécessaire et complémentaire de processus ou d’instances antagonistes« .

Le mot zombie qualifie les deux pôles des rapports de domination. On verra ça une autre fois en abordant la crise de 2008 et la manière dont chantres de la finance et du marché libre d’un côté et manifestants d’Occupy Wall Street sont eu un point commun :  l’utilisation de la figure du zombie.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *