10. Oeufs surprise

« It’s staking time, really, don’t you think ? »  (Gilles, ep11S2)

« S.E.X.  Sex. The sex drive in the human animal is intense.  How many of us have lost countless productive hours plagued by unwanted sexual thoughts and feelings »  (Mr Whithmore, ep12S2)

Dans l’épisode 11, Buffy se trouve face à un être terrifiant Ted, l’ami de sa mère. « I’ve been looking for the right moment to introduce you two. He’s a wonderful man« . (Joyce, ep11S2).  Willow, Xander et Joyce l’adorent. Elle avouera plus tard dans l’épisode qu’elle préfèrerait que ses parents soient encore ensemble tout en essayant d’apprendre à connaître Ted pour heureusement finir par découvrir…. que c’est un robot.

Innovation scolaire Source : dreadcentral.com
Innovation scolaire Source : dreadcentral.com

Famille et parentalité sont également à l’honneur dans l’épisode suivant. Un professeur souhaitant informer ses élèves des dangers du sexe, à commencer par la procréation, leur demande de prendre en charge des oeufs.  Quiconque ayant vu Alien sait qu’il faut dire non ou comme choisira de le faire Xander transformer prestement son oeuf surprise en oeuf dur. Pour les autres….

Mère de famille monoparentale, destin familial ? 

Au début de l’épisode Buffy et sa mère sont au centre commercial, l’occasion de mettre en scène des rapports mère-fille ado typique. Buffy veut une robe très courte que lui refuse sa mère qui part faire des photocopies pour sa galerie tout en lui demandant d’aller chercher pour elle un vêtement qu’elle a réservé. Buffy oublie la commission dont sa mère l’a chargé au grand désappointement de celle-ci.

Joyce : A little responsibility is all I ask. Don’t you ever think about anything besides boys and clothes ? 

Buffy :  Saving the world from vampires ? 

Continuer la lecture de 10. Oeufs surprise

8-9 Kendra

« Gilles, it’s one thing to be a watcher and a librarian. They go together, like chicken and… another chicken…(…) No one blinks an eye if you spend all your days with books. What can I do ? Carve stakes for a nursery ?  » (Buffy, ep9S2)

Toi, moi, des crevettes... Source : The community.
Toi, moi, des crevettes… Source : The community.

C’est la semaine des métiers au lycée, alors que chacun cherche sa voie, Willow rencontre enfin Oz avec qui elle opère sans le savoir un chassé-croisé depuis plusieurs épisodes. Xander et Cordelia se retrouvent également forcés de faire équipe ce qui les conduira vers une sombre histoire de vers (le karma). Les deux épisodes 9 et 10 sont dans l’ensemble un entremêlement de réflexion sur les décisions  qui conduisent peu à peu Buffy, Willow et Xander à trouver leur chemin et à s’affirmer. En anglais l’épisode est intitulé What’s my line ? Jeu de mot entre voie et voix.

Les deux épisodes sont riches en découvertes dont le bar à démons de Willy qui reviendra régulièrement au fil des saisons et bien sûr… l’autre tueuse.

Normalité et destinée

Période de test au lycée. Les élèves répondent à un questionnaire permettant de les orienter vers un métier. Le principale Snyder contraint Buffy à les effectuer alors qu’elle ne connaît déjà que trop bien son avenir. « Do the words « sealed » and « face » ring any bells ? » (Buffy, ep9S2).  Buffy alterne entre acceptation et rébellion, le fait d’avoir été désigné tueuse l’empêche de penser qu’elle fait peut être ce qu’elle aurait choisi de faire. Le test de carrière indique ainsi qu’elle devrait se diriger vers les forces de l’ordre. L’épisode la montre aspirant à la normalité et se sentant étouffée par son devoir. « if you don’t like the way I do my job, why don’t you find somebody else ? Oh! That’s right. there can only be one. As long as I’m alive there is no one else« .  (Buffy, ep9S2). Gilles, lui ne voit pas le problème, et pense que Buffy pourra concilier son devoir de tueuse avec un métier plus rémunérateur.

Continuer la lecture de 8-9 Kendra

7 Halloween

« Dates are things normal girls have. Girls who have time to think about nail polish and facials. You know what I think about ? Ambush tactics. Beheading. Not exactly the stuff dreams are made off »  (Buffy, ep6S2).

« Buffy, You may be  hot stuff when it comes to demonology but when it comes tu dating, I’m the slayer« . (Cordelia, ep6S2)

C’est Halloween. Buffy nous offre un combat d’introduction pumpkin-punchy.  A Halloween deux choses sont essentielles : bonbons et déguisement. Pour la première, le principal Snyder se charge de volontariser Buffy, Willow et Xander afin qu’ils accompagnent des jeunes enfants dans leur tournée du voisinage.

booo Source : actucine
booo Source : actucine

Pour la seconde, un vendeur de costumes démoniaque a un plan qui pourrait vous faire reconsidérer votre prochain choix de costume. S’ajoute bien sûr à tout ça une troisième chose qui vaut à Halloween comme tous les autres jours de l’année à Sunnydale : l’amooooour.

Guerrière ou princesse  ou guerrière-princesse

Buffy s’interroge sur les relations amoureuses d’Angel et se demande s’il ne préfèrerait pas les jeunes demoiselles en détresse au brushing impeccable. Elle a pour cela de solides arguments : un cappuccino entre Angel et Cordelia et le dessin datant de 1775 d’une belle jeune fille de classe aisée dans le journal des observateurs. « She looks like a noblewoman or something. Which means being beautiful was sort of her job » (Willow, ep6S2).

Continuer la lecture de 7 Halloween

6 Attaque à Sunnydale

Xander : You’ll have a nice soiree. As long as nothing bad happens until then, you’ll be fine.

Buffy : are you crazy . Now something bad is gonna happen. (…) It’s the ultimate jinx.

Avec tout le recul et la distance qui garantissent que j’essaie de donner dans ces lignes un éclairage égal à tous les épisodes que je choisis, je tiens à dire que C’EST L’EPISODE AVEC SPIKE.

Donc disais-je dans cet épisode deux nouveaux vampires font leur apparition. Il a été question de l’un d’entre eux dans la première saison, dans l’épisode 7 où Angel parle du sort qui lui a rendu son âme après qu’il ait fait pour victime une gitane (plus précisément les deux termes employés sont gypsie et romanian).

La nuit des morts-vivants parents-profs

« Your parents, assuming you have any will mette your teachers, assuming you have any left » (Snyder, ep2S2). Souvenez-vous, le proviseur Flutie a été mangé par ses élèves et s’est Snyder qui l’a remplacé dans un style beaucoup moins détendu. Il a Buffy a l’oeil et la charge avec une autre élèveà problèmes, Sheila, d’organiser la soirée parents-profs. Et cela ne s’annonce pas partie facile.

Buffy : It’s not fair. I’m a slayer. it requires a certain amount of cutting and fighting. What’s Sheila’s excuse ?

Xander : Homework. She won’t do it.

Continuer la lecture de 6 Attaque à Sunnydale

5 La métamorphose de Buffy

« There are children everywhere like locusts, crawling around, mindlessly bent on feeding and mating, destroying everything in sight in their relentless, pointless desire to exist »   (Snyder, ep1S2)

« I hate this girl »  (The anointed one, ep1S2)

En juin le soleil brillait à Sunnydale. Le maître était vaincu, Buffy était morte mais paraissait suffisamment bien le prendre pour finir la soirée au bal de fin d’année.

Mais l’été a passé.  Buffy a dévalisé les boutiques avec son père à L.A., Willow et Xander se sont ennuyés à Sunnydale. Buffy n’a quasiment pas donné de nouvelles à ses amis et on apprendra par son père qui la dépose chez sa mère à la fin de l’été qu’elle a également été distante et renfermée avec lui.

Les trois amis se trouvent réunis la veille de la rentrée. Xander et Willow se baladent, se rapprochent et manquent de s’embrasser lorsqu’un vampire surgit. Heureusement Buffy surgit aussi. Si Xander et Willow sont très heureux de revoir, on ne peut pas dire que ce soit partagé.   Il va vite s’avérer que Buffy n’arrive pas à dépasser sa dernière (et seconde) apocalypse. L’épisode est consacré à la gestion des problèmes personnels, ce que les américains nomment selon Gilles « Having issues« .

Je gère

vieille connaissance source : vampirisme.com
vieille connaissance source : vampirisme.com

Durant tout cet épisode, et comme le lui fera remarquer Willow, Buffy n’a qu’une phrase à la bouche « I handle it« .  Elle est loin des doutes qu’elle exprimait tout au long de la première saison. C’est une tueuse affirmée, qui n’hésite plus voire même vraiment pas assez et ne souhaite pas être ralentie dans son élan. Elle parle ainsi pour la première fois de ses deux amis en employant le mot « civils » et en souhaitant qu’ils restent à l’écart. Elle s’entraine avec force avec Gilles, patrouille et rejette un à un tous ceux qui s’approchent d’elle.

Continuer la lecture de 5 La métamorphose de Buffy

4 Le manuscrit

« Why  is it so hard ? I should just say « I like you. let’s go to the dance » (Xander, ep12S1)

« I’m putting my life on the line, battling the undead. I broke a nail, ok ? I’m wearing a press-on. » (Buffy, ep12S1)

« By the way, I like your dress » (The Master, ep12S1)

Dans l’épisode 10 alors que le monde réel devient la proie des cauchemars prenant vie des habitants de Sunnydale, Xander rassure l’équipe « If something bad is out there. We’ll find, you’ll slay, we’ll party. »

let's party Source : Buffy fandom
let’s party Source : Buffy fandom

De nombreux épisodes commencent et finissent au Bronze. C’est le cas du dernier épisode de la saison qui s’ouvre  sur Xander  répétant (cruellement) face à Willow un discours de séduction qu’il entend tenir à Buffy. C’est que le moment tant attendu du bal de fin d’année approche. Moment de dire au revoir au lycée pour les vacances mais aussi, et surtout, de trouver une relation sentimentale, un sujet qui aura été au coeur de toute la saison. « You know Buffy, Spring Fling just sin’t any dance. It’s a time for students to choose, um…, a mate, and then we can…observe their matin rituals and tag them before they migrate… Just kill me ! » (Xander, ep12S1). Sans aller jusque là, le rejet de son invitation par Buffy laissera des traces. « I’m just donna go home, lie down and listen to country music. The music of pain.« (Xander, ep12S1) mais pas au point de ne pas joindre ses forces à celles du reste de l’équipe pour empêcher la fin du monde.

Continuer la lecture de 4 Le manuscrit

3 Alias Angelus

« You’re the mystery man that appears out of nowhere » (Buffy, ep7S1)

« You’re living above ground like one of them » (Darla, ep7S1)

C’est dans cet épisode 7 qu’apparaît le petit laïus d’introduction sur les pouvoirs de la tueuse.


Pouvoirs lui permettant de se battre contre les forces du mal, en premier lieu les vampires or il se trouve que oups le beau ténébreux irascible et associal a des canines éguisées mais mais mais mais il a aussi une âme et ça c’est un gros plus

Dites-le avec une croix

Buffy et Angel se rencontrent dés le premier épisode. Il la suit alors qu’elle se rend au Bronze, elle le voit venir et le cogne. Il lui offre une croix. A la fin de cette même soirée, ce bijou protecteur la sauvera du vampire Luke qui avait pris le dessus lors de leur affrontement.

De rencontre en rencontre, épisode après épisode, Angel apparait, de préférence au Bronze (bref, toujours la nuit parce que vous savez quoi mais notre héroïne encore pas), délivrant des messages sur une plus ou moins grande catastrophe éminente. « You’l ljust give me a cryptic warning about a catastrophe, then disappear, right? » (Buffy ep4S1)

Continuer la lecture de 3 Alias Angelus

2 Les Hyènes

« Funny how the earth never opens up and swallows you when you want it to » (Xander, ep4 S1).

« Ever wonder why anybody cool won’t hang out with you ? (…)  Were you this popular at your old school before you got kicked out »               (Cordelia, ep6 S1)

Comme je le disais dans le billet d’hier, Xander incarne dans les deux premiers épisodes le point de vue du spectateur découvrant le monde d’en bas, des démons, la tueuse. Dans la suite de la première saison, il s’affirme définitivement comme le Boy next door. Si Willow montre très rapidement par ses talents informatiques sa plus-value dans l’équipe, devenant les mains numériques de Gilles dans les recherches du scooby-gang, Xander lui reste… un ado banal. Normal. Inintéressant ? Non.

Xander se découvre dés le quatrième épisode, le chouchou du prof, un talent particulier pour attirer les démons féminins voire plus largement les ennuis, comme dans l’épisode 6, Les Hyènes, qui le voit se faire posséder par… une hyène. Si le billet du jour (bon ok d’hier daté d’aujourd’hui) se centre sur Les Hyènes, quelques emprunts seront également fait à l’épisode 4 pour mettre en lumière le traitement particulier que les scénaristes ont réservé à celui qui dans les archétypes des séries jeunes adultes aurait du être… le héros… mais la blondinette n’était pas là pour la déco.

Continuer la lecture de 2 Les Hyènes

1 Bienvenue à Sunnydale

« Everything you’re dreaded war under your bed but told yourself couldn’t be, they’re all real« . (Gilles, ep 01)

« The slayer hunts  vampires. buffy is a slayer. Don’t tell anyone. That’s all the vampire’s information you need » (Gilles, ep 02)

Quand on vous dit qu'aller à la bible c'est trop cool. Actuciné
Quand on vous dit qu’aller à la bible c’est trop cool. Actuciné

Se replongez dans le pilote de Bichette Buffy permet de constater la manière dont les séries ont évolué. Pas de mystérieux développement ou d’intrigue à tiroir s’étirant sur la première saison. Les 2 premiers épisodes vous apprennent tout ce qu’il y a à savoir tant sur l’intrigue principale (une élue protégeant notre monde d’un autre, sous nos pieds, cherchant à nous exterminer, si possible sous la forme  d’un déjeuner), l’intrigue de la saison (un très- ancien – teigneux,-égocentrique-mégalo-cruel- vampire  a bien envie d’une apocalypse), l’affirmation de l’héroïne et sa rencontre avec le grand-gars-brun-mystérieux-a-problèmes et la constitution de son équipe.

Le tout, au lycée.

Et c’est pour moi l’ingrédient majeur qui assure le succès et la portée de la série. Souvenez vous, le lycée, cet enfer… 

Continuer la lecture de 1 Bienvenue à Sunnydale

L’enfer des morts-vivants

notation3_blog

_  Qui sont ces gens ? Ils marchent comme des ivrognes.

_  En tout cas,  ils sont horribles !

_ Ils ont l’air plus malades que méchants. peut être qu’ils veulent nous demander quelque chose.

source : IMBD
source : IMBD

Les mauvais films de zombie font parfois de bons moments sociologiques. L’enfer des morts-vivants, également connu sous le titre de Virus et Virus Cannibal, est un film italien et espagnol réalisé par Bruno Mattei en 1980.

Un des principaux attraits de ce film est qu’il va me permettre de faire un jeu de mots  qu’il fait le lien entre faim et fin de l’humanité dans un contexte d’opposition entre pays industrialisés et pays du tiers monde qui nous replonge dans une lecture du monde propre aux années 70-80.

L’enfer des morts-vivants ou Faim, fin et bouts de ficelle.

Faim

L’intrigue se passe majoritairement en Nouvelle-Guinée. Le film débute dans l’usine Hope qui à la charge de trouver le moyen de résoudre le problème de la faim dans les pays sous-développés (version originale), tiers-monde (version française).

Continuer la lecture de L’enfer des morts-vivants

Nuclear Family

 

notation3_blog

Papa et maman sont coincés dans une apocalypse

Web serie post-apocalyptique de 2012 produite pour Syfy, Nuclear family est réalisée par Kyle Rankin, vainqueur catégorie réalisateur de la saison 2 de Project Greenlight (2003). Depuis cette victoire, Kyle Rankin s’est spécialisé dans les films de genre option apocalyptique. On retrouve au casting un acteur connu du genre et de Syfy, en la personne de Corin Nemec a.k.a. le type qui a volé la place du Dr Daniel Jackson dans deux saisons de Stargate SG-1.

Les épisodes durent en moyenne 5 minutes (oui vous avez bien lu) et il y en a en tout 20 répartis sur 1 saison. 

A la vue du premier épisode et de quelques recherches complémentaires, la série paraît présenter trois intérêts : son format, son mode de diffusion et son scénario (et oui il s’agit d’une présentation par ordre d’intérêt).

Continuer la lecture de Nuclear Family

L’analyse réflexive de la mort

Woman with mirror N-Y Public Library

 

Ce billet revient sur les raisons et le parcours qui m’ont amené à entamer la recherche présentée au fil de ce carnet.

 

Choisir un sujet portant sur l’imaginaire m’a vraiment posé question même si ce n’est pas la première fois que je fais ce choix.

Commencer par renoncer

Mon master 1 portait sur les représentations de la pauvreté et de la criminalité à Metropolis et Gotham City, deux  villes imaginaires appartenant à l’univers des comics books. Ce n’était pas la première fois que je choisissais un sujet ancré dans l’imaginaire. En première année, j’avais réalisé un dossier portant sur les émissions télévisées traitant des extra-terrestres. J’avais lu Sur la télévision de P. Bourdieu  (1996) juste avant de voir une émission sur les extra-terrestres dont le sérieux semblait tenir à la présence d’intervenants en blouses blanches filmés dans des lieux qui ressemblaient à des laboratoires de recherche. Avec le recul, je pense que j’ai plutôt discuté un rapport entre science et croyance mais à l’époque je pensais traiter  d’un imaginaire.

Continuer la lecture de L’analyse réflexive de la mort

The intruders

score1

The intruders est une série américano-britannique de la BBC créée par Glen Morgan, scénariste américain, principalement connu pour Destination finale au cinéma et X-Files à la télévision.  D’ailleurs dans l’épisode pilote on voit l’un des principaux protagonistes parcourir du regard l’antre d’un théoricien du complot en constatant que la seule chose qui y manque est un poster « I Want to Believe« . On sourit et voilà… Pour continuer à regarder il faut aimer les références aux références qui montrent qu’on connait les références.

Continuer la lecture de The intruders

L’implication du spectateur dans la mort des personnages : la mort de Carl dans TWD

C’est l’information rumeur enfin bref de la semaine pour tous ceux que le dernier épisode de saison 6 de The Walking Dead (TWD) avait scoché à leur canapé.  Les dernières images de cet épisode très justement intitulé Last day on earth,  induisent sans la montrer directement la mise à mort brutale d’un des membres de la communauté des survivants menée par Rick Grimes.  Mais qui ?

Les fans ont consacré une énergie et des compétences certaines pour répondre à cette question après avoir remarqué que la scène dans laquelle Negan choisit sa victime est filmée du point de vue de la victime. Il s’agit alors de déterminer selon la position de chacun qui est susceptible d’avoir été roué de coups jusqu’à la mort.

D’autres fans ont procédé à une analyse de la bande-son. L’ensemble permettait d’orienter les spéculations vers Glenn Ree que l’on a pris l’habitude de croire mort au moins une fois par saison.

D’autres encore, réunis sur un site dédié à la série  The Spoiling Dead Fans ont analysé des images du tournage en cours de la saison 7 publiées par la production et croient distinguer dans un coin de la photographie l’arc de Daryl Dixon (qui doit donc être vivant à moins que quelqu’un d’autre ne  tienne son arc, bref on  en sait rien).

Selon d’autres spéculations la mort attendue ( donnée probable à 50%) était plutôt celle d’un personnage secondo-secondaire comme Eugène Porter. Cette rumeur est entretenue par une certaine conception de la justice que l’on  pourrait rapprocher de la loi du Talion : « Et si un plus grand malheur advient, tu donneras vie pour vie ; œil pour œil, dent pour dent » (Exode, 21, 22-25). Eugène a livré à la mort ses compagnons en avouant leur position. Bien avant cela, il avait feint de pouvoir fournir un remède au virus zombificateur, afin de se faire protéger par d’autres survivants au péril de leur propre vie.

Le site L’Internaute attribuait au mois d’avril une  probabilité mortelle de seulement 30% à Carl, le fils adolescent de Rick.  C’est pourtant la mort de ce personnage qu’a confirmé cette semaine Robert Kirkman, auteur de la bande dessinée et producteur exécutif de la série…. ou pas.

Continuer la lecture de L’implication du spectateur dans la mort des personnages : la mort de Carl dans TWD

L’homme est un zombie comme les autres (1)

life-940427_1920Le 1er avril dernier, Alexander Burns, qualifiait Donald Trump de candidat zombie dans un article publié dans le New York Times.  Cette référence à une créature de fiction morte-vivante  pour qualifier un être humain réel et vivant est loin d’être isolée.

En février 2016, dans le Monde diplomatique,  Frédéric Lordon comparait les classes populaires a des   » morts mal tués et mal enterrés » dont on sait bien que le problème est alors « qu’ils reviennent »  toujours,  chômeurs et actifs précaires formant « une sacrée armée de zombies« .

Qu’est-ce que l’usage de la figure imaginaire du zombie permet de qualifier dans notre société ? La question fera l’objet de plusieurs posts (parce que j’écris lentement mais que je peux vous assommer vite). Commençons par prendre les choses sous l’angle du rapport entre puissance et fragilité. L’homme zombie tiendrait sa puissance comme sa faiblesse du fait qu’il ne s’arrête jamais, que cela lui permette de tout terrasser sur son passage comme Donald Trump ou d’être terrassé par la répétition sans fin de son quotidien comme le chômeur.

Continuer la lecture de L’homme est un zombie comme les autres (1)