Nuclear Family

 

notation3_blog

Papa et maman sont coincés dans une apocalypse

Web serie post-apocalyptique de 2012 produite pour Syfy, Nuclear family est réalisée par Kyle Rankin, vainqueur catégorie réalisateur de la saison 2 de Project Greenlight (2003). Depuis cette victoire, Kyle Rankin s’est spécialisé dans les films de genre option apocalyptique. On retrouve au casting un acteur connu du genre et de Syfy, en la personne de Corin Nemec a.k.a. le type qui a volé la place du Dr Daniel Jackson dans deux saisons de Stargate SG-1.

Les épisodes durent en moyenne 5 minutes (oui vous avez bien lu) et il y en a en tout 20 répartis sur 1 saison. 

A la vue du premier épisode et de quelques recherches complémentaires, la série paraît présenter trois intérêts : son format, son mode de diffusion et son scénario (et oui il s’agit d’une présentation par ordre d’intérêt).

Continuer la lecture de Nuclear Family

L’analyse réflexive de la mort

Woman with mirror N-Y Public Library

 

Ce billet revient sur les raisons et le parcours qui m’ont amené à entamer la recherche présentée au fil de ce carnet.

 

Choisir un sujet portant sur l’imaginaire m’a vraiment posé question même si ce n’est pas la première fois que je fais ce choix.

Commencer par renoncer

Mon master 1 portait sur les représentations de la pauvreté et de la criminalité à Metropolis et Gotham City, deux  villes imaginaires appartenant à l’univers des comics books. Ce n’était pas la première fois que je choisissais un sujet ancré dans l’imaginaire. En première année, j’avais réalisé un dossier portant sur les émissions télévisées traitant des extra-terrestres. J’avais lu Sur la télévision de P. Bourdieu  (1996) juste avant de voir une émission sur les extra-terrestres dont le sérieux semblait tenir à la présence d’intervenants en blouses blanches filmés dans des lieux qui ressemblaient à des laboratoires de recherche. Avec le recul, je pense que j’ai plutôt discuté un rapport entre science et croyance mais à l’époque je pensais traiter  d’un imaginaire.

Continuer la lecture de L’analyse réflexive de la mort

The intruders

score1

The intruders est une série américano-britannique de la BBC créée par Glen Morgan, scénariste américain, principalement connu pour Destination finale au cinéma et X-Files à la télévision.  D’ailleurs dans l’épisode pilote on voit l’un des principaux protagonistes parcourir du regard l’antre d’un théoricien du complot en constatant que la seule chose qui y manque est un poster « I Want to Believe« . On sourit et voilà… Pour continuer à regarder il faut aimer les références aux références qui montrent qu’on connait les références.

Continuer la lecture de The intruders

L’implication du spectateur dans la mort des personnages : la mort de Carl dans TWD

C’est l’information rumeur enfin bref de la semaine pour tous ceux que le dernier épisode de saison 6 de The Walking Dead (TWD) avait scoché à leur canapé.  Les dernières images de cet épisode très justement intitulé Last day on earth,  induisent sans la montrer directement la mise à mort brutale d’un des membres de la communauté des survivants menée par Rick Grimes.  Mais qui ?

Les fans ont consacré une énergie et des compétences certaines pour répondre à cette question après avoir remarqué que la scène dans laquelle Negan choisit sa victime est filmée du point de vue de la victime. Il s’agit alors de déterminer selon la position de chacun qui est susceptible d’avoir été roué de coups jusqu’à la mort.

D’autres fans ont procédé à une analyse de la bande-son. L’ensemble permettait d’orienter les spéculations vers Glenn Ree que l’on a pris l’habitude de croire mort au moins une fois par saison.

D’autres encore, réunis sur un site dédié à la série  The Spoiling Dead Fans ont analysé des images du tournage en cours de la saison 7 publiées par la production et croient distinguer dans un coin de la photographie l’arc de Daryl Dixon (qui doit donc être vivant à moins que quelqu’un d’autre ne  tienne son arc, bref on  en sait rien).

Selon d’autres spéculations la mort attendue ( donnée probable à 50%) était plutôt celle d’un personnage secondo-secondaire comme Eugène Porter. Cette rumeur est entretenue par une certaine conception de la justice que l’on  pourrait rapprocher de la loi du Talion : « Et si un plus grand malheur advient, tu donneras vie pour vie ; œil pour œil, dent pour dent » (Exode, 21, 22-25). Eugène a livré à la mort ses compagnons en avouant leur position. Bien avant cela, il avait feint de pouvoir fournir un remède au virus zombificateur, afin de se faire protéger par d’autres survivants au péril de leur propre vie.

Le site L’Internaute attribuait au mois d’avril une  probabilité mortelle de seulement 30% à Carl, le fils adolescent de Rick.  C’est pourtant la mort de ce personnage qu’a confirmé cette semaine Robert Kirkman, auteur de la bande dessinée et producteur exécutif de la série…. ou pas.

Continuer la lecture de L’implication du spectateur dans la mort des personnages : la mort de Carl dans TWD

L’homme est un zombie comme les autres (1)

life-940427_1920Le 1er avril dernier, Alexander Burns, qualifiait Donald Trump de candidat zombie dans un article publié dans le New York Times.  Cette référence à une créature de fiction morte-vivante  pour qualifier un être humain réel et vivant est loin d’être isolée.

En février 2016, dans le Monde diplomatique,  Frédéric Lordon comparait les classes populaires a des   » morts mal tués et mal enterrés » dont on sait bien que le problème est alors « qu’ils reviennent »  toujours,  chômeurs et actifs précaires formant « une sacrée armée de zombies« .

Qu’est-ce que l’usage de la figure imaginaire du zombie permet de qualifier dans notre société ? La question fera l’objet de plusieurs posts (parce que j’écris lentement mais que je peux vous assommer vite). Commençons par prendre les choses sous l’angle du rapport entre puissance et fragilité. L’homme zombie tiendrait sa puissance comme sa faiblesse du fait qu’il ne s’arrête jamais, que cela lui permette de tout terrasser sur son passage comme Donald Trump ou d’être terrassé par la répétition sans fin de son quotidien comme le chômeur.

Continuer la lecture de L’homme est un zombie comme les autres (1)

Le monstre : être étranger et familier

280px-Frankenstein's_monster_(Boris_Karloff)
source : wikipedia

François Chobeaux rappelle en introduction de son article sur la normalité des monstres, les termes par lesquels la presse et l’opinion publique qualifièrent Mohamed Merah en mars 2012 et  Anders Breivik en juillet 2011, « monstre« , « en dehors de l’humanité« .

Lorsqu’un homme perpètre un acte terrifiant d’autres hommes, ces derniers le qualifie de monstre, indiquant par là que l’acte comme l’homme qui l’a commis défient notre compréhension, nous sont étrangers.

Continuer la lecture de Le monstre : être étranger et familier

Z pour…

computer-1111438_1920L’objectif de ce carnet est de documenter un processus de recherche et d’enseignement sur l’imaginaire de la mort dans la culture populaire.

Je m’intéresse à la mort biologique et sociale telle qu’elle s’enracine dans des genres cinématographiques ou musicaux qui ne correspondent pas aux normes esthétiques de notre société.

Autrement dit je déterre les cadavres et les restes de notre société dans les cultures de mauvais genre. Et je tente de vous convaincre de réfléchir avec moi au fait que des films de zombies, au mouvement punk en passant par les délinquants du coin de la rue de The Wire , la culture populaire nous parle de la mort et de la survie de notre société. Ce qui m’intéresse particulièrement, c’est le constat qu’on s’accorde avec autant de facilité à admettre la possibilité de survie qu’on se refuse avec force à regarder en face les inégalités et les laissez-pour-compte que suppose cette survie.