Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter n°1

Manoeuvres d’entrainement : un astéroïde frôle la terre.

2012 TC4, astéroïde géocroiseur (adjectif indiquant que ça va pas passé loin) a frôlé la terre jeudi à l’heure où la plupart d’entre nous buvions notre café. Frôlé, frôlé, un caillou de la taille d’une maison est passé à 42000 km de la terre. Il est petit, il est loin, mais les risques liés aux petits astéroïdes étant méconnus, son passage a donné lieu à un exercice de défense planétaire. « « Comme cela, le jour où arrivera un objet vraiment dangereux, nous aurons répété plusieurs fois avant  » (Detlef Koschny, codirecteur du segment objets géocroiseurs (Near-Earth Objects) de l’Agence spatiale européenne).
Du coup j’ai regardé à nouveau Deep Impact.

Le Monde, Le passage de l’astéroïde 2012 TC4 va permettre de tester les défenses de la Terre, 11/10/2017, consulté le 12 octobre 2017.

Boulay S. (dir) (2017) Impact des météores aux cratères, Paris, Belin.

L’attaque du Pulp

L’un des pulp disponibles dans cette collection Source : Internet Archive Database

Internet Archive s’appuie sur la section 108h du Copyright Act pour mettre en lignes les pulp datant des années 1923 [date actuelle du passage dans le domaine public] à 1941. Seuls ceux qui sont encore en vente aujourd’hui ne peuvent être mis à disposition libre du public. Cette nouvelle collection s’appelle Sonny Bono Memorial Collection du nom du membre du congrès qui essaya d’étendre les droits d’auteurs à l’éternité moins un jour (forever less a day).

Consultez et téléchargez la collection Sonny Bono Memorial Collection.

En apprendre plus sur le projet

Guerre et alcool

La place de l’alcool durant la première guerre mondiale a longtemps été « pudiquement tu ». Une dépêche de l’AFP met à l’honneur les travaux des historiens qui travaillent sur le rôle de l’ alcool et plus particulièrement du vin durant la grande guerre, « un rôle clef et ambivalent, à la fois béquille du Poilu pour supporter l’horreur, mais aussi fauteur potentiel de désordre. Une consommation qui changea les hommes, et le vin aussi. ». La ration quotidienne du poilu est d’un demi-litre en 1916, le vin n’était pas bu que pour rechercher une alcoolisation mais aussi parce que l’eau propre à la consommation est rare dans les tranchées. « Le vin aura changé les hommes au front, et ceux-vont le lui rendre. Nombre de soldats, originaires de régions à bière ou cidre, vont ramener chez eux le goût –ou l’accoutumance– du vin. Il devient boisson nationale, patriotique, et sa consommation va décoller, à plus de 140 litres par habitant par an. «Le vin est devenu intouchable», résume Charles Ridel. »

Lucand Ch. (2015)  Le pinard des poilus : une histoire du vin en France durant la Grande Guerre (1914-1918), Dijon, Éditions universitaires de Dijon.

Continuer la lecture de Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter n°1

Haïti à Nantes : un pays, des rencontres

Cela fait des mois que j’entasse des brouillons sur Haïti, je veux bien évidemment vous parler Haïti et zombies, mais c’est un tout autre chemin qu’on choisit les organisateurs de la programmation Haïti, un pays, des rencontres qui se déroulera à l’espace Cosmopolis (tout près du Katorza) du 18 au 29 octobre.

Le programme est ici.  Je vous recommande particulièrement le documentaire de Raoul Peck, Assistante mortelle, qui montre le rapport de domination produit par l’aide humanitaire internationale au moment du tremblement de terre de 2010. Il est projeté le 22 octobre à 18H00.

 

Le site de la BnF Retronews met en avant cette semaine un article qui nous permet de rentrer dans l’histoire de ce pays, La révolte de Saint-Domingue en 1791. Vincent Cuvilliers propose une revue de presse historique qui montre tout le paradoxe d’un pays qui célèbre sa révolution et proclame les droits de l’homme tout en cherchant à écraser dans l’une des plus florissantes colonies françaises, « « les nègres [qui] s’étaient attroupés dans la plaine qui avoisine le Cap et avaient porté partout l’incendie et le pillage » (extrait du journal Les Révolutions de Paris).

Haiti s’appelle alors Saint-Domingue. Les esclaves, amenés de force d’Afrique et  plus particulièrement du golfe de Guinée, y cultivent  le café, la cane à sucre et l’indigo dans des plantations de propriétaires colons blancs. 100 000 blancs font travailler 500 000 noirs. La nouvelle de la révolution française et surtout de la promulgation des Droits de l’homme et du citoyen suscitent de grands espoirs dans la population esclave et marron (des esclaves en fuite vivant dans les terres). Le 15 mai 1791 un décret est adopté pour rassurer les colons. Il stipule que ne seront considérés comme libres que les hommes et femmes noires nés de parents libres. Mais pour les colons blancs, il s’agit déjà d’un trop grand pas allant dans la direction d’une fin de l’esclavage.

Le 14 aout 1791 les esclaves marrons organisent une cérémonie vaudou nocturne sous un arbre à Bois-Caïman. Elle doit permettre aux différents groupes d’esclaves marrons de se lier pour organiser la révolte tout en leur attribuant des pouvoirs magiques leur permettant de résister aux balles des colons. Le 22 aout la révolte est lancée. Des colons sont tués, des plantations brûlées. La Métropole envoie des troupes. Le conflit fait émerger des figures de leader parmi les révoltés, tel Toussaint Louverture, qui conduit les révoltés jusqu’à l’obtention de l’indépendance de Saint-Domingue, qui prend le nom d’Haïti.

Ces évènements sont l’occasion de rivalités politiques fortes dans les espaces de pouvoir parisiens et permettent de dénigrer les mouvements abolitionnistes en mettant en avant les récits d’atrocités qui parviennent en Métropole. La jeune Haïti ne s’est libérée qu’un temps des colons. Toute l’histoire du pays ne peut être comprise sans examiner le rôle qu’y joue les puissances occidentales, principalement la France et les Etats-Unis. Les mystères et la sauvagerie de l’île vont être narrés par mains explorateurs et écrivains… avec le succès que l’on connait pour la figure du zombie.


Source de l’image de couverture : BnF Représentation de Toussaint Louverture.

La science le confirme : dans l’espace personne ne vous entendra crier

C’est en lisant les écrits et regardant les vidéo de Anne Besson sur la fantasy que je me suis familiarisée avec la notion de suspension d’incrédulité. La notion exacte semble être suspension consentie d’incrédulité dont la paternité est attribuée à S. T. Coleridge. Cette notion désigne le fait que le lecteur ou le spectateur consent à accepter la fiction comme une autre réalité ou une réalité non réaliste. Le récit doit être cohérent, avoir une vraisemblance interne dans le fil de la narration et la caractérisation des personnages, mais il peut être dissonant avec les propriétés du monde réel.

Cette notion n’est pas utile qu’au lecteur / spectateur, elle permet au chercheur d’étudier des oeuvres pour elles-mêmes. Mais la tentation du lien entre imaginaire et réalité n’est que suspendue et elle revient souvent, surtout en science-fiction.

De la science-fiction vers le réel, pour mettre l’accent sur les avancées scientifiques qui ont été représentées dans l’imaginaire avant d’être créées dans notre réalité. La saga Star Trek est emblématique de ce mouvement.

Du réel vers la science-fiction pour juger de ce qui est représenté dans l’imaginaire en termes de correct et de faux, c’est-à-dire de conforme ou non à notre connaissance du réel.

Continuer la lecture de La science le confirme : dans l’espace personne ne vous entendra crier

Figures du monstrueux : Médée en BD

Médée est-elle encore un monstre ?

Le  titre choisi par Julie Gallego pour sa présentation de l’oeuvre de Nancy Peña (dessin) et Blandine le Callet (scénario) sur le carnet Actualités des études anciennes est alléchant.

Cette bande dessinée propose un traitement réaliste du mythe tout en faisant référence à de nombreuses reprises à l’iconographie et au mythe antiques. Médée est présentée comme une femme savante, débarrassée « de ses oripeaux merveilleux » et éprise d’une liberté qui défie les normes et contraintes sociales de son époque. L’histoire présentée dans la bande dessinée est narrée par une Médée vieille de 1000 ans qui revient sur sa trajectoire biographique au moment où va se terminer sa vie. « Cela fait si longtemps que j’attends ce moment, quelques jours de solitude, pour me souvenir avant de crever. Mais ce n’est pas si simple. Il y a tous ces souvenirs. Mille ans, dix siècles passés sur moi. Trop d’images et de mots entassés, trop de bruits, de visages. Si je les laisse revenir tous ensemble, je sais qu’ils me tueront. N’aie pas peur, vieille carne : c’est la dernière épreuve. Elle sera pénible, c’est sûr, mais la vieillesse t’a rendue coriace. N’aie pas peur. Ce sera comme le reste, tu iras jusqu’au bout. » (t. I, p. 6).

La vieille Médée raconte le parcours de la jeune Médée, femme amoureuse,  chaque tome incarnant une montée dans la violence avec un traitement qui s’écarte de la tradition comme le note Julie Gallego. Médée ne réalise pas ses crimes à l’aide de la magie mais de la science. Lorsqu’il est question de magie, c’est pour montrer comment les puissants s’en servent pour manipuler le peuple. Un bel exemple en est fourni par un échange entre le roi et son conseiller à propos de la Toison d’or, je vous laisse le découvrir dans le billet original.

 

image de couverture : tableau représentant Médée de Anthony Frederick Augustus Sandys. 

Cycle Stephen King sur TCM

La chaine payante TCM propose un cycle Stephen King à l’occasion des 70 (!) de l’auteur et le menu est goutu et copieux avec

Une oeuvre adaptée par de grands réalisateurs spécialistes ou non du mauvais genre (De Palma, Romero, Kubrick) et dont on peut faire de multiples lectures notamment sous l’angle du genre :

Un film tous les vendredi, un week end pour rattraper l’éventuelle nuit blanche qui suit (ami.e des animaux, Simetierre point tu ne digéreras), à moins que vous n’enchainiez le samedi avec les Evil Dead programmés pour la séance culte d’octobre.

Chanson populaire et argent au XVIII° siècle

Dominique Ancelet-Netter propose sur le blog Dire l’évènement un billet issu d’une communication scientifique sur le thème Dire l’événement en mots et chansons : la folle journée du 17 juillet 1720 et la chute du Système de Law. Le corpus traité concerne des chansons qui de 1718 à 1720 ont conté la naissance et la chute de la banque générale de J. Law, première émettrice de papier-monnaie, dont la banqueroute engendrera une émeute le 17 juillet 1720. « Ces chansons légères marquent ainsi une acmé dans « le dit de l’argent ». Par un lexique financier prégnant, technique, élaboré, savant, l’association syntagmatique du champ lexical de l’argent à celui de la grivoiserie, voire de la grossièreté reste aussi dans le ton habituel de ces chansons. »

L’autrice commence par définir la chanson en s’appuyant sur les travaux de Stéphane Hisrchi,  » Selon lui, la chanson est une « production esthétique autonome » qui doit être considérée comme un tout organique associant « texte-musique-interprétation comme éternisation possible d’une fugacité – autrement dit l’art de fixer l’air de notre présent[9] » Les chansons satiriques populaires parisiennes vont prendre le nom de chanson du Pont-neuf, lieu de rendez-vous des bateleurs et chansonniers. L’article comporte de précieuses références théoriques sur l’analyse musicologique de ces chansons, ma lecture personnelle s’est concentrée sur le thème abordé, l’argent.

« Entre la création de la Banque générale en 1716, devenue royale en 1718 et la folle journée du 17 juillet 1720 qui vit une grande émeute avec plusieurs morts, s’écoulent quatre années qui impactèrent durablement les connotations des mots et des images de l’argent en France. »

 

Continuer la lecture de Chanson populaire et argent au XVIII° siècle

Premiers pas d’un maître de la musique hollywoodienne

Au début des années 1960  sur NBC un show télévisé animé par Boris Karloff himself proposait aux téléspectateurs de frissonner devant des contes horrifiques. Aux commandes musicales,  de ce show nommé Thriller se trouve Jerry Goldsmith à qui l’on doit depuis les B.O. de The Omen, Alien, Greemlins,  Poltergeist, Total Recall, La momie, Hantise et il faudrait conclure cette liste par plus que trois petits points.

Les musiques composées pour ce show télévisé sont éditées en CD par Tadlow Music. Le prix n’est pas enthousiasmant à la différence des titres dont voilà un aperçu: The Grim Reaper, Well Of Doom, The Poisoner Yours Truly, Jack The Ripper.

Notez qu’à la même époque que Thriller, J. Goldsmith travaille également sur un autre show télévisé,  La quatrième dimension.

La narration en format audio : Wonder Woman par Power Records

Des extra-terrestres envahissent la terre. Ils viennent en paix. Enfin, elles. Les extra-terrestres sont des femmes venues éclairer les humains sur la supériorité des femmes sur les hommes et permettre aux premières de prendre le pouvoir sur les seconds. Très vite, un mal étrange se met à frapper la population masculine, Wonder Woman va mener l’enquête.

La suite peut être entendue en écoutant le vinyle « Wonder Woman Amazons from space » sorti par Power Records durant l’année 1977-1978 dans un format vinyle seul ou comics + vinyle et un slogan « The action comes alive as you read ».

Publicité présentée sur le blog powerrecord.blogspot.fr

Continuer la lecture de La narration en format audio : Wonder Woman par Power Records

Lecture : Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours

Agnès Gallois-Cheillan, Audrey Viault, Luc Verrier et Jean-Rodolphe Zanzotto, « Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 26 août 2017, consulté le 27 août 2017. URL : http://afas.revues.org/3061 ; DOI : 10.4000/afas.3061

Agnès Gallois-Cheillan, Audrey Viault, Luc Verrier et Jean-Rodolphe Zanzotto ont recueilli les témoignages de 20 éditeurs phonographiques français, une recherche lancée en 2012  qui s’aventure sur un terrain peu connu, les archives des labels indépendants sont rares et peu organisées. 

En prenant pour point de départ 1969, les auteurs choisissent de s’intéresser à des productions musicales qui suivent mai 1968 et s’inscrivent dans un registre contestataire . « Les deux labels français alors hégémoniques, Barclay et Vogue, s’intéressent essentiellement au jazz traditionnel et à la chanson française à textes. Cette période va donc voir émerger de nouveaux labels souhaitant défendre ces nouveaux courants musicaux. »

Continuer la lecture de Lecture : Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours